Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Noël aux Antilles, coutumes et traditions

Rédigé par

22.12.2015

Noël An tan lontan

Noël était une véritable fête de retrouvailles et de partage. On se regroupait dès le coucher du soleil pour chanter les cantiques et danser au son des le cha-cha, tambours, ti-bois sur des rythmes de biguine, mazurka et valse créole jusqu’au milieu de la nuit. Dans les foyers modestes, on se réunissait, autour d’une table éclairée par une lampe à pétrole, un lampion , une bougie et on offrait une sucrerie: un « Filibo », ou un ballon de baudruche aux enfants. On souhaitait ses vœux de porte en porte et on partageait avec ses voisins, sa famille, ses amis ignames, pois d’Angole, ragoût de porc et gâteaux, on buvait du punch, du sirop d’orgeat, du chocolat à l’eau épaissi au toloman. Et chaque soir on recommençait jusqu’au 25 décembre la liesse perdurant jusqu’à la messe de Noel à minuit.

La tradition culinaire

Il était aussi coutume de passer la journée de Noël chez les voisins, la famille ou les amis pour le traditionnel « tué cochon » ! On tirait à la courte paille avec des branches de Filaos -arbre d’origine australienne que l’on retrouve aux Antilles et utilisé comme arbre de Noel traditionnel à l’époque-, qui allait tuer le porc gavé toute l’année dans le but de cuisiner boudins, ragoûts et pâtés salés. Pendant que les hommes tuaient et vidaient le cochon, les femmes confectionnaient les gâteaux coco, les surettes confites et les enfants buvaient le chocolat créole jouant avec la vessie du cochon pour en faire un ballon. Une fois le cochon dépité, les femmes préparaient le boudin, spécialité culinaire indispensable pour un repas de Noël typique, puis le plat traditionnel de Noël : le jambon à la “nèg” bouilli, avec du riz blanc, des lentilles, des bananes et de pois d’Angole.
Comme boisson il y avait du sirop de groseille, de punch coco, du schrubb – punch aux écorces d’orange- et autres liqueurs d’anis, de noyaux, de vanille ou de groseilles pays.Ces liqueurs et cocktails se préparaient dès le septembre avec beaucoup de patience et de savoir-faire. Les écorces d’orange et de citron séchant lentement sous le soleil, puis mis à macérer dans les rhums aux arômes divers et variés jusqu’au réveillon.

Le filao qui faisait office de sapin de Noel

Le filao qui faisait office de sapin de Noel

Les Chanté Nwèl, en attendant le 25 décembre

La tradition des Chanté Nwèl est toujours respectée et suivie assidument mais a évolué. Les cantiques religieux ou paiens sont entonnées chaque année à partir du premier dimanche de l’Avent et résonnent dans les villes et les campagnes organisés par les municipalités avec des groupes de chanté Nwel professionnels. Les cantiques plus populaires sont « Michaud veillait», « Joseph mon cher fidèle».

La tradition de la fouille des ignames

Est un rituel hérité des Amériendiens, auquel certains se livrent à la veille de Noël. Après avoir repéré la liane de la plante de l’igname, on creuse un trou. Une fois la racine récupérée, on remplit le trou avec des feuillages afin de s’assurer que l’igname soit encore plus belle l’année suivante. L’igname de Noël, l’igname Sassa n’est « fouillé » qu’à Noël.

Le repas de Noël

Le repas traditionnel antillais se compose de :
En apéritif ou entrée : d’accras, pâtés salé farcis de chairs à saucisses, de boudins créoles, avec comme boisson un ti’punch, punch coco ou schrubb.
Le plat de résistance : viande de porc cuisinées à toutes les sauces ( ragout, colombo…) et sous forme de jambon de Noel accompagné de riz, d’ignames, de pois d’Angole, de bananes plantain, de gratin de cristophine, avec parfois aussi sirop de groseille.
Le dessert: flan ou blanc-mangé au coco arrosé d’un coulis de fruits rouges ou blanc-mangé à la goyave. Chocolats, fruits et pâtes de fruits sont aussi souvent sur la table ainsi que les chadecs (sorte de pamplemousse à la peau confite) glacés.
Certaines personnes conservent les pépins d’agrumes dans leur porte-monnaie pour leur apporter la richesse pour la nouvelle année.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This