Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Maryse Condé, incroyable femme de lettres

Rédigé par

11.07.2016

Marise Liliane Appoline Bocoulon dite Maryse Condé a eu plusieurs vies en une et est sans doute l’une des écrivaines nées aux Antilles les plus respectées. Son parcours et ses écrits forcent l’admiration.

Maryse Condé, un parcours atypique de la Guadeloupe à l’Afrique

Maryse Condé naît à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe le 11 février 1937. Issue d’une famille de 8 enfants, elle arrive en métropole en 1953 pour étudier au célèbre lycée Fenelon. Créé en 1892, Fenelon est le premier lycée parisien pour filles. Et il a accueilli de grands noms comme l’écrivaine Nathalie Sarraute, la philosophe Simone Weil (à ne pas confondre avec Simone Veil), Caroline de Monaco et sa fille Charlotte Casiraghi ou encore Héloïse Letissier, connue sous le nom de scène Christine & the Queens.
Direction ensuite la Sorbonne pour Maryse Condé qui nourrit décidément de grandes ambitions. En 1959, elle épouse l’acteur africain Mamadou Condé et s’installe en Afrique à la fin de ses études. Elle devient enseignante dans plusieurs pays du continent, dont la Guinée, le Ghana et le Sénégal.

Des romains teintés de noir


Maryse Condé livre sa première oeuvre dans les années 70. Comment qualifier sa plume ? Maryse Condé verse aussi bien dans le roman historique, l’essai (Négritude Césairienne, Négritude Senghorienne, Haïti dans l’imaginaire des Guadeloupéens), la critique de société que le questionnement sur la négritude et la créolité ou le théâtre.
Parmi ses œuvres les plus remarquables on peut citer Heremakhonon, l’histoire d’amour entre une Guadeloupéenne et un Africain en Guinée pendant la période trouve de l’année 1962. Entre désillusion sur l’Afrique et recherche de ses origines, ce livre donne la direction des futures œuvres de Maryse Condé.
Segou se centre sur l’histoire du Mali et de l’empire bambara, de la gloire au déclin. On retrouve les procès des sorcières de Salem dans Moi, Tituba, sorcière noire de Salem, un portrait d’Haïti dans Haïti chérie (Rêves amers) ou l’histoire d’une religieuse guadeloupéenne en Afrique dans Célanire cou-coupé.
Parmi ses romans les plus récents, on compte La vie sans fards paru en 2012 et Mets et Merveilles paru en 2015.

Engagements,  récompenses et distinctions de Maryse Condé

Entre 2004 et 2008, Maryse Condé préside le Comité pour la mémoire de l’esclavage (devenu le Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage). En 2001, la loi Taubira fait reconnaître la traite et l’esclavage comme crimes contre l’humanité. En 2006, la journée de commémoration de l’esclavage, fixée au 10 mai, est célébrée pour la première fois.
A ce sujet, Maryse Condé déclarait à RFI en mai 2016 : « La France a été le premier pays et le seul jusqu’à aujourd’hui à reconnaître le tort historique qui a été fait aux communautés noires. Elle condamne la traite négrière transatlantique comme étant contraire au principe d’humanité et de morale universelle. C’est cette histoire longtemps méprisée de l’esclavage des Africains qu’on commémore le 10 mai. »
Maryse Condé a reçu de nombreux prix pour son oeuvre littéraire dont le Grand prix littéraire de la Femme : prix Alain-Boucheron, pour Moi, Tituba, sorcière noire de Salem (1987), le Prix Marguerite-Yourcenar, pour Le Cœur à rire et à pleurer (1999), le Trophée des arts afro-caribéens (catégorie fiction), pour Les Belles Ténébreuses (2008) ou encore le Grand prix du roman métis, pour En attendant la montée des eaux (2010).
Elle est plusieurs fois décorée :

  • Officier de l’ordre de la Légion d’honneur (2014)
  • Grand officier de l’ordre national du Mérite (2011)
  • Commandeur de l’ordre national du Mérite (2007)
  • Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres (2001)

Depuis le 10 décembre 2012, le collège de la Désirade porte son nom.

La vie américaine

Après son divorce, Maryse Condé a épousé Richard Philcox, le traducteur de bon nombre de ses romans vers l’anglais dans les années 80. Les Etats-Unis sont devenus sa nouvelle demeure et elle enseigne à la prestigieuse université de Columbia.
Maryse Condé vivrait désormais entre la Guadeloupe et New York.
 
 
 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This