Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Journée contre le harcèlement scolaire : Son traitement aux Antilles-Guyane

Rédigé par Christ-Laur Phillips

5.11.2015

Ce jeudi 5 novembre se tient la première journée contre le harcèlement scolaire. Alors qu’il affecte plus  700 000 élèves (le ministère estime à 383 830 le nombre de victimes de harcèlement sévère du CE2 au lycée, et à 700 600 si l’on inclut les victimes de harcèlement modéré, tandis que 4,5 % des collégiens subissent du cyberharcèlement), il touche aussi les jeunes des Antilles-Guyane.

Sa Faib !

La notion de harcèlement n’est pas vue de la même manière dans nos contrées. Se définir comme une victime n’est pas bien vu, le reconnaître est donc plus difficile quand on sait que la mentalité commune veut que l’on se conduise comme une personne « forte » quoiqu’il arrive.
C’est pour cette raison que les parents doivent être encore plus à l’écoute des symptômes de leurs enfants dont le premier réflexe sera de cacher leur souffrance. Les réactions des victimes harcelées se traduisent souvent par de subites difficultés scolaires, de l’absentéisme, des troubles du métabolisme, des troubles anxio-dépressifs, voire des conduites suicidaires…

Dénoncer le harcèlement sous toutes ses formes

Si le harcèlement à caractère violent est le premier qui nous vient à l’esprit, le harcèlement sexuel est aussi fortement dénoncé chez nous.
En Guadeloupe, le collectif Rebelle avait dénoncé en mai 2015  des comportements déviants de la part de l’équipe pédagogique d’un lycée de Baie-Mahaut, des plaintes qui étaient finalement arrivées au rectorat.
En Guyane, c’est l’Académie qui a décidé de prendre le problème à bras le corps en proposant sur son site internet tous les liens et contacts afin de se défendre en cas de harcèlement.
En Martinique  c’est tout un collègue qui s’est mobilisé afin de lutter contre le harcèlement scolaire. Le collègue Lagrosillière a ainsi organisé des débats, demandant aux élèves s’ils ne s’étaient pas eux-mêmes transformés en bourreau sans le savoir : « Vous ne vous êtes jamais moqués d’un camarade avec insistance ? »
Entre la tradition de la « blague » qui arrange les harceleurs, et celle de la « fierté » qui bâillonne les victimes, les mesures mises en place par le gouvernement prennent tout leur sens.

Les mesures pour lutter contre le harcèlement scolaire

Une ligne d’urgence : le 3020. Avec une permanence quotidienne du lundi au vendredi, elle est ouverte de  9 heures à 18 heures. Elle s’adresse autant aux victimes qu’aux parents de ces dernières.
Un clip de sensibilisation : Une vidéo produite par Mélissa Theuriau, est diffusée sur les chaînes publiques à l’attention des A l’occasion des enfants de 7-11 ans.

A lire aussi Des enfants humiliés sur le net

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This