Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

La Charte du Manden, la déclaration des droits de l'homme africaine

Rédigé par

6.02.2017

Origines de la charte du Manden

La charte du Manden ou charte de Kouroukan Fouga est la transcription d’un récit oral qui remonterait au règne de l’empereur Soundiata Keita (1190 à 1255). Elle aurait été proclamée le jour de son intronisation en 1236 afin de diriger son empire. Elle tient son nom du plateau de Kurukan Fuga près du bassin du fleuve Niger, situé entre la Guinée et le Mali actuels, qui fut le lieu d’une grande victoire militaire. Mais son authenticité est mise en doute par plusieurs chercheurs. Elle est l’une des plus anciennes constitutions au monde même si elle n’existe que sous forme orale.

Soundiaka Keita par l'artiste Diabali Konaté

Soundiaka Keita par l’artiste Diabali Konaté

Création du document

La retranscription de la Charte est issue des travaux menés dans les années 70 par Wa Kamissoko et Youssouf Tata Cissé auprès de griots. En effet dans une société de tradition orale, elle a été transmise de génération en génération par les griots mandingues.
On doit sa reconstitution écrite en 1998, à la collaboration du Centre d’études linguistiques historiques et de tradition orale (CELTHO) de Niamey en Guinée et d’une ONG suisse. Youssouf Tata Cissé publie « le Testament de Sunjata » puis « le Serment des chasseurs », d’après des récits de Wa Kamissoko.
« Le Serment des chasseurs » est renommé Charte du Manden en 2007. Il est inscrit en 2009 sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO et le 16 mars 2011, le gouvernement malien la fait entrer dans le patrimoine culturel national.

220px-assemblecc81e_constitutive_de_lempire_du_mandecc81_decc81tail_2

Un texte fondamentalement humaniste

Cette Charte énonce les règles de vie en société, les principes du gouvernement et le rapport harmonieux avec l’environnement. Elle se compose d’un préambule et de 7 chapitres précédés de 7 paroles.
On y trouve notamment les injonctions suivantes :
1. « Une vie n’est pas plus ancienne ni plus respectable qu’une autre vie, de même qu’une autre vie n’est pas supérieure à une autre vie »
2. « Que nul ne s’en prenne gratuitement à son voisin, que nul ne cause du tort à son prochain, que nul ne martyrise son semblable »
3. « Le tort demande réparation »
4. « Pratique l’entraide »
5. « Veille sur la patrie »
6. « La faim n’est pas une bonne chose, l’esclavage n’est pas non plus une bonne chose »
7. « La guerre ne détruira plus jamais de village pour y prélever des esclaves ; nul ne placera désormais le mors dans la bouche de son semblable pour aller le vendre ; personne ne sera non plus battu au Manden, a fortiori mis à mort, parce qu’il est fils d’esclave » ;
8. « Chacun est libre de ses actes, dans le respect des interdits des lois de sa patrie ».
Les chapitres prônent la paix sociale dans la diversité, l’inviolabilité de la personne humaine, l’éducation, l’intégrité de la patrie, la sécurité alimentaire, l’abolition de l’esclavage par razzia, la liberté d’expression et d’entreprise.
01519-BIG
L’authenticité de cette Charte de Kouroukan Fouga est contestée par des universitaires qui estiment qu’il s’agit d’une reconstruction contemporaine inspirée par l’idéologie afrocentriste et concerne exclusivement la passation de pactes ou d’alliances entre groupes. Ils mettent en doute la fiabilité des sources orales, de leur reconstruction et de leur réinterprétation durant l’histoire.

assemblecc81e_constitutive_de_lempire_du_mandecc81_decc81tail_3

Une tradition qui perdure

Les paroles et les rites associés continuent d’être transmis oralement, de père en fils, et de manière codifiée au sein du clan des Malinkés.
Des cérémonies commémoratives annuelles sont organisées au village de Kangaba, de nos jours au Mali, près de la frontière de la Guinée. Soutenues par les autorités locales et nationales du Mali, et en particulier les autorités coutumières. Elle représente aujourd’hui encore le socle des valeurs et de l’identité des populations concernées.
On aimerait que la Charte du Manden inspire plus de dirigeants de ce monde spécialement en Afrique.

Une des pierres sur laquelle se seraient assis Soundiata et son griot Unesco (2003 DNPC)

Une des pierres sur laquelle se seraient assis Soundiata et son griot UNESCO (2003 DNPC)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This