Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

2015, L'Année Joseph Zobel, auteur de La Rue Cases-Nègres

Rédigé par

10.07.2015

Un grand homme, une œuvre trop méconnue
Joseph Zobel est né en Martinique à Petit- Bourg, commune de Rivière Salée, le 26 avril 1915. Il a vécu une enfance paisible et modeste, sous l’œil bienveillant et aimant de sa grand-mère. Figure centrale dans la vie de l’écrivain. « Ma grand-mère s’était promis et avais pris la détermination de m’envoyer à l’école, alors que dans la plantation où nous vivions, ce n’était même pas en usage d’envoyer les enfants à l’école. Les travailleurs étaient sur la plantation. […] J’étais très certainement le seul garçon issu de parents travaillant dans un champ de canne qui se trouvait à l’époque au lycée Schoelcher. ».
Il a suivi un parcours brillant, non sans embuche mais couronné de succès. Aimé Césaire, lui-même, a vu en Zobel un grand potentiel littéraire à l’époque du lycée. Et c’est avec ses encouragements qu’il écrit en 1942 son premier roman Diab’-là, narration de la vie rural et du quotidien des pêcheurs martiniquais.

Joseph Zobel, le romancier

Joseph Zobel, le romancier


Un martiniquais du monde
1946 l’emmène jusqu’à Paris où il étudie l’ethnologie. Après l’obtention de son diplôme de littérature à la Sorbonne, il exerce en tant que professeur au lycée François 1er de Fontainebleau. Il poursuit bien sûr dans le même temps sa carrière littéraire à travers la France, et transporte son génie en Suisse et en Italie. La rue case nègre, La fête à Paris, Les jours immobiles, la bibliographie s’enrichit année après année. L’appel de la terre mère et les différentes opportunités provoquent son départ pour le Sénégal en 1957. Il y reste une bonne partie de sa vie entre enseignement et production radiophonique ; et continue d’assouvir sa curiosité artistique pour l’écriture, la sculpture et de l’art floral japonais. De retour en France en 1974, Zobel retraité n’a cessé d’écrire. D’Amour et de Silence, Gertal et autres nouvelles, Le Soleil m’a dit, Laghia de la mort, Et si la mer n’était pas bleue… Un travail qui lui vaut le titre de Chevalier de la Légion d’honneur en 1998, et le Grand Prix du Livre Insulaire, pour l’ensemble de son œuvre en 2002. Joseph Zobel meurt le 17 juin 2006 à Alès, dans le Gard en France.
La commune de Rivière-Salée célèbre cette année le centenaire de la naissance de Zobel. Retrouvez l’intégralité du programme sur http://www.josephzobel.com/programme/.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This