Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Le Parcours des nouveaux présidents des régions Antilles- Guyane

Rédigé par

13.01.2016

Martinique  : ALFRED MARIE JEANNE

alfred mj
Alfred Marie-Jeanne est né le 15 novembre 1936 à Rivière-Pilote en Martinique. Il est un personnage actif de la vie politique locale depuis plus de 40 ans. Issu d’une famille modeste, à l’obtention de son baccalauréat en mathématiques, il suit une formation à l’École normale pour devenir instituteur. Il occupe son premier emploi d’enseignant aux Terres-Sainville à Fort-de-France. Dans les années 1970, après avoir réussi le concours de Professeur d’Enseignement Général de Collègue et obtenu une maîtrise en sciences économiques à l’Université Antilles-Guyane, il est affecté comme professeur de mathématiques dans sa commune d’origine au collège Jacques-Roumain. En 197, il est élu pour la première fois maire de Rivière-Pilote, puis, en 1973, il est élu conseiller général du canton de Rivière-Pilote.
La même année, il crée avec entre autres, Garcin Malsa, le mouvement « La Parole au peuple » qui devient en 1978 le Mouvement Indépendantiste Martiniquais. En 1974, il revendique pour la Martinique le droit à l’autodétermination, l’accession à l’indépendance et des relations fondées sur la coopération avec l’Europe. Avec son charisme et son franc-parler, il devient le leader du mouvement nationaliste en Martinique.
Dans les années 1990, il change de stratégie et assouplit sa position. En 1997 il est élu député de la Martinique et aux élections régionales de 1998 il est élu président du conseil régional. En 1999, il signe avec les présidents des conseils régionaux de Guyane et de Guadeloupe, « La déclaration de Basse-Terre » réclamant un statut de région autonome pour la Guyane, la Guadeloupe et la Martinique. En 2002, il est réélu député de la Martinique et en 2004, il est réélu président du conseil régional. En 2007, il est réélu député de la 4e circonscription de la Martinique.
En 2010, le rejet du statut d’autonomie par les Martiniquais pour lequel il avait appelé à voter, est un  échec. Le 10 décembre, il est élu président de son parti en obtenant 99,13% des suffrages.  En 2012 il est élu député et siège depuis au groupe parlementaire de la Gauche démocrate et républicaine. En 2013, il est mis en examen pour prise illégale d’intérêt qui fut par la suite annulée. En hommage à son engagement politique, le stade municipal de Rivière-Pilote a été officiellement baptisé Stade Alfred Marie-Jeanne.

Guyane : RODOLPHE ALEXANDRE

ralexandre
Rodolphe Alexandre est né le 26 septembre 1953 à Cayenne. Il a effectué ses études secondaires au lycée Félix-Éboué et obtenu une maîtrise d’histoire-géographie à l’université de Bordeaux ainsi qu’un doctorat en histoire à l’université des Antilles-Guyane. Il est reconnu comme un spécialiste de l’Histoire contemporaine de la Guyane. Il est membre fondateur du Cercle Félix EBOUE de la Guyane, qui a pour objectif de récupérer la totalité des ouvrages de et sur Félix Eboué. Il a même un certificat de sociologie de la Presse.
De 1972 à 1982, il est professeur d’histoire-géographie aux collèges République et Nonnon puis au Lycée de Kourou. De 1981 à 1983, il est chargé de cours à l’école Normale et à l’institut préparatoire en droit Vizioz.
En 1983, il adhère au Parti socialiste guyanais et devient aussi directeur de cabinet au Conseil général de la Guyane, poste qu’il occupera jusqu’en 1988. Depuis 1989, il est élu conseiller municipal de Cayenne sans interruption. En 1992, il est brièvement conseiller régional et depuis 2001, il préside la communauté de communes du Centre littoral. De 1995 à 2008, il est premier adjoint au maire de Cayenne. En 2008, il est exclu du PSG par Antoine Karam, pour avoir annoncé sa candidature à la mairie de Cayenne.
En  2010, il est l’un des rares politiques guyanais à appeler à voter « non » au référendum sur le passage de la Guyane au statut de collectivité d’outre-mer. Mais lors du référendum sur la fusion de la région et du département en une unique collectivité, il défend cette fois-ci le « oui ». En février il est désigné pour prendre la tête de la liste des partis de l’opposition unis à l’élection régionale. Il l’emporte face à Christiane Taubira faisant de la Guyane une des trois régions françaises où la gauche ne l’emporte pas. De 2010 à 2015 il est président de la région et de 2012 à 2014, il occupe à nouveau la place de Président de la Communauté d’Agglomération du Centre-Littoral.

Guadeloupe : ARY CHALUS

ary chalus
Ary Chalus est né le 6 décembre 1961 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. Agent technique de profession, en 2001, il est élu maire de Baie-Mahault. En 2004, il est élu conseiller général ainsi que vice-président de l’assemblée départementale. En 2008, il est réélu maire de la ville de Baie-Mahault ainsi que vice-président du Conseil général de la région. En 2010, il soutient activement Victorin Lurel et apparaît sur sa liste de représentants. En 2011, il est réélu sénateur ainsi que premier vice président de conseil Général.
Lors des élections législatives de 2012, il est élu député de la 3e circonscription de la Guadeloupe sous l’étiquette de l’Alliance Démocratique, rattaché au parti socialiste guadeloupéen. À l’Assemblée nationale, il siège d’abord en tant que député non-inscrit puis annonce qu’il rejoint le groupe RRDP (Radical, républicain, démocrate et progressiste) et est membre de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation. En 2014, lors des élections municipales, sa liste arrive suffisamment en tête, pour se dispenser d’un second tour. Il est ainsi réélu maire de Baie-Mahault. Le 13 décembre 2015, il succède à Victorin Lurel, ancien premier ministre de l’Outremer.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This