Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Pointe Du Sable, le fondateur noir de Chicago

Rédigé par

15.02.2017

Naissance de Pointe d Sable

Jean-Baptiste Pointe du Sable (ou Pointe DuSable ou encore Point de Sable) est un mulâtre, né libre vers 1745 à Saint-Marc à Saint-Domingue, colonie française (aujourd’hui Haïti) ou à Vaudreuil, près de Montréal. Son nom de famille reste incertain car « Du Sable » était un surnom. Son père est un marchand français originaire de la Nouvelle-France (Québec) et sa mère une esclave. Suivant son père, il fait une partie de ses études en France et y est décrit comme un homme raffiné, de « belle apparence et particulièrement intelligent et parlant avec éloquence »!

Illustration de Jean-Baptiste Point du Sable illustration de 1884

Illustration de Jean-Baptiste Point du Sable (de 1884)

Départ pour les Amériques

Vers 1765, le jeune Jean Baptiste s’installe en Louisiane à La Nouvelle-Orléans, sous contrôle espagnol, puis à Saint-Louis et remonte le Mississippi jusque dans les terres qui forment aujourd’hui l’État de l’Illinois. Il construit une première maison, puis s’installe à l’emplacement actuel de Chicago où il construit sa deuxième maison vers 1779. Il y établit sur la rive nord de l’embouchure de la rivière Chicago, un poste de ravitaillement pour les trappeurs, marchands, voyageurs et les Amérindiens avec lesquels il traite des fourrures. Il parlait le français, l’anglais, l’espagnol, et quelques dialectes amérindiens.

carte de l'emplacement de départ de Chicago

carte de l’emplacement de départ de Chicago

La naissance de Chicago

En 1784, la zone habitable s’agrandit. On y trouve des granges, un moulin, des fermes avec des écuries et du bétail, etc. Jean-Baptiste Du Sable, lui, cultivait 30 acres de terre en plus des 800 que le gouvernement américain lui permis d’acquérir grâce à une subvention.
Grâce à son emplacement pratique dans une région marécageuse, inhospitalière, au climat humide, son commerce devient prospère et le départ de la colonie permanente. Il vit dans le luxe possédant 23 toiles de peintres européennes et des objets d’art religieux.
Son apport est tel qu’en 1780, les Américains natifs de la région du lac Michigan le font nommer par le protectorat britannique administrateur de leurs affaires.
Marié traditionnellement à la fille d’un chef local Potawatomi, il l’épouse selon la tradition catholique en 1787 et son prénom Kitihawa, est christianisé en Catherine. Ils ont un fils, Jean et une fille, Suzanne qui sera la première naissance enregistrée à Chicago en 1796. L’union du couple est aussi le premier mariage enregistré de cette ville.

Illustration de la maison de Jean Baptiste Point du Sable dans les années 1800

Illustration de la maison de Jean Baptiste Point du Sable dans les années 1800

Engagé dans les conflits

Lors de la guerre d’indépendance américaine (1776-1783), la ville de Chicago forme un point stratégique et Jean Baptiste combat aux côtés des Français et des Américains. Il résiste avec les Amérindiens aux Britanniques mais ces derniers le font prisonnier politique pendant un an, convaincus qu’il était un espion américain. Mais, impressionnant ses geôliers, il fut libéré pour servir de messager.

Après la guerre

Après l’indépendance des États-Unis, il quitte en 1800 Chicago, probablement, selon les historiens, parce que ses activités commerciales déclinent ou parce qu’il aurait été déçu que la tribu Potawatomi ne fasse pas de lui son chef. Du Sable revend donc son comptoir à John Kinzie, un marchand de peaux provenant de New York et décide de s’installer à Saint-Charles (Missouri). Il voyage et se rend souvent au Canada où il reste proche des immigrés français pour son commerce de fourrure. Jean-baptiste Du sable meurt et est enterré à Saint-Charles, dans le Missouri, le 28 août 1818.

Illustration de Chicago en 1860

Illustration de Chicago en 1860


Inscrit dans l’histoire
En 1961, la ville de Chicago créée le premier et l’un des plus importants musées afro-américains aux États-Unis en son honneur.
Musée J.B. Du sable

Musée J.B. Du sable


Jean-Baptiste Pointe Du Sable est finalement officiellement reconnu comme fondateur de Chicago en 1968 et son nom sera donné au musée. En 1987, l’US Postal Service sort un timbre commémoratif dans la série Black Heritage à son effigie.
Timbre a leffigie de Jean-Baptiste_Pointe_du_Sable_fondateur_de_Chicago-Poste US
En 2009 grâce aux dons de membres de la communauté haïtiano-américaine de Chicago, un buste en bronze est installé sur le côté est de Michigan Avenue, au nord de la rivière Chicago où a été fondée la ville.

Buste_de_Chicago-5b221

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This