Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Orpaillage illégal en Guyane… On fait le point ?

Rédigé par Christ-Laur Phillips

26.02.2019

 

Quelles sont les conséquences de l’utilisation du mercure dans l’orpaillage illégal ?

Ce polluant dangereux s’accumule dans les milieux naturels et quand il intègre les milieux aquatiques, des bactéries le transforment en méthylmercure, un neurologique puissant ingéré par les poissons qui sont ensuite consommés par les êtres humains.
Une étude récente de WWF a mis en lumière que les orpailleurs utilisent en moyenne 1,3 kg de mercure pour récupérer 1 kg d’or, des chiffres qui font froid dans le dos quand on sait que les estimations d’exfiltration annuelle pour l’orpaillage illégal vont de 10 à 12 tonnes tandis que la production annuelle déclarée oscille entre 1 et 2 tonnes…
Si on ajoute le fait que l’opération Harpie 2 de lutte contre l’exploitation illégale de l’or en Guyane a fermé 765 sites illégaux en 2018, contre 645 en 2017, les calculs sont simples. Tout comme les bénéfices générés par cette économie parallèle, estimés à  350 millions d’euros annuels.

L’orpaillage légal décrié lui aussi  

Extraire le précieux minerai peut aussi se faire de façon controlée. Et si les chiffres des sites légaux ne sont pas vraiment reluisants, le débat de la montagne d’or les a remis sur le devant de la scène.
Les pro ou anti montagne d’or s’affrontent depuis des mois. Alors que le projet est notamment soutenu par le président de la CTG,  le Medef, la Chambre de commerce et d’industrie, et une bonne partie des élus du littoral, qui prônent la création des  750 emplois directs et le développement économique du territoire inhérents au projet porté par le consortium russo-canadien, Nordgold-Columbus Gold, les anti montagne d’or dénoncent de leur côté la catastrophe écologique générée par le procédé de récupération de l’or par cyanuration en circuit fermé qui s’étendrait sur une superficie de 8 km2.
Le débat fait toujours rage ici en Guyane. En attendant, les sites illégaux continuent à proliférer et à empoissonner les Guyanais.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This