Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Marc Jacobs : Polémique raciste autour du styliste à cause de dreadlocks ?

Rédigé par Christ-Laur Phillips

20.09.2016

Lors de la dernière fashion week new-yorkaise, Marc Jacobs a défrayé la chronique en coiffant ses modèles blancs de dreadlocks colorées afin de coller à son idée de ce qui est tendance.

Des dread créent la polémique

Accusé d’appropriation culturelle, le styliste s’était défendu d’une manière quelque peu maladroite, déclarant en substance que la culture rastafari et les locks portées par les populations noires ne l’avaient pas du tout inspirés et que c’est de Boy George, et des  Harajuku japonaises,  que venaient l’idées de ce look capillaire.
Sur la toile, de nombreux afro-américains se sont questionnés sur le fait que, quand un noir portait des locks cela était vu de façon négative, que ce soit dans la sphère privée ou professionnelle, mais que quand des blancs en arboraient, cela devenait une manifestation stylée et élégante.

Le créateur Marc Jacobs

Le créateur Marc Jacobs

Et les femmes noires qui se lissent les cheveux ?

Si le débat faisait déjà rage, la réponse de Marc Jacobs a rajouté de l’huile sur le feu.

C’est sur Instagram que le styliste a commis la bourde de sa vie en écrivant : « A tous ceux qui crient à l’appropriation culturelle ou tout autre non sens à propos de la race, de la couleur ou du style capillaire,  c’est drôle de voir qu’on ne vous entend pas dire un mot quand les femmes de couleur se lissent les cheveux. »

Une maladresse sur la souffrance des femmes noires 

Suite à ces propos, la vindicte s’est déchaînée contre Marc Jacobs qui n’a pas pris en compte que pendant des décennies, les femmes noires ont été obligées de se raidir les cheveux pour mieux s’insérer dans une société qui leur imposait ses diktats.
La violence de la réponse a laissé un goût amer à de nombreuses femmes qui se sont si souvent brûlées le cuir chevelu afin de trouver un travail.
Alors que le retour au naturel en est à ses balbutiements, cette sortie de route fait tâche sur le CV du styliste qui bénéficiait jusque là d’un bon capital sympathie…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This