Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

L'éruption de la montagne Pelée, un drame humain qui aurait pu être évité…

Rédigé par

30.12.2015

Comme les autres îles de l’archipel des petites Antilles qui compte 9 volcans actifs, la Martinique est d’origine volcanique. Son volcan se serait formé il y a environ 300 000 ans, et vers 300, il aurait produit une éruption qui aurait freiné le peuplement des indiens caraïbes. A l’arrivée des Français en 1635, le volcan venait de produire une éruption qui avait rasé  la végétation sur toute la surface du volcan, d’où le nom de «montagne Pelée».

Avant l’éruption

Entourée de petits hameaux et villages, Saint Pierre était la plus grande ville de l’île s’étendant aux pieds du flanc sud-ouest de la montagne Pelée. Surnommé le Petit Paris des Antilles elle était la capitale économique et culturelle de l’île où vivait la bourgeoisie locale. Il y avait une cathédrale, un théâtre, un lycée, un hôpital, une prison, une chambre de Commerce, des consulats étrangers, la rédaction d’un journal… Son port accueillait de nombreux navires marchands exportant le sucre et le rhum fabriqués dans ses usines.
La responsabilité des autorités dans la catastrophe est considérable. Elle eu 2 causes, l’une naturelle aux effets inévitables, et l’autre humaine: la décision de ne pas faire évacuer la ville cela pour assurer le déroulement du second tour de l’élection législative. Les habitants sont invités le 11 mai à aller voter au un second tour des élections législatives et la peur ne devait les faire renoncer à leur devoir électoral ! L’évacuation de la ville obligerait à repousser les élections, ce qui aurait un coût considérable pour l’administration.
La montagne Pelée ne s’est pas réveillé de façon inattendue mais les manifestations connues se limitant aux abords du cratère et n’ayant jamais fait de victimes, étaient vues comme des curiosités pittoresques.

Saint-Pierre de la Martinique avant sa destruction par l'éruption de la montagne Pelée.

Saint-Pierre de la Martinique avant sa destruction par l’éruption de la montagne Pelée.


Pourtant la montagne Pelée annonce son réveil… En avril, les habitants de la région se plaignent d’une forte odeur de soufre, les secousses sismiques se multiplient et des pluies de cendres couvrent perpétuellement la ville et les environs à tel point que les animaux meurent asphyxiés dans les rues. À partir du 2 mai, des événements inquiétants se succédèrent: séismes, éclairs, violentes détonations, soleil masqué, couche de cendres épaisse de plusieurs centimètres sur toute la partie nord de la Martinique. Le 5 mai, une sucrerie proche de la ville est détruite par la crue d’une rivière grossie par de l’eau bouillante, des cendres, de la terre et des rochers pesant jusqu’à 50 tonnes.
Le 7 mai, veille de la catastrophe,  le journal Les Colonies publie des avis « scientifiques » rassurant sur l’évolution de l’éruption, et expliquant que la ville est protégée d’éventuelles coulées de laves par le relief. Il y est même écrit: « Où pourrait-on être mieux qu’à Saint-Pierre ? ». Pour faire retomber les craintes et rassurer la population, le gouverneur revient même s’installer dans la ville avec son épouse.

Le jour de l’éruption

Le jeudi 8 mai, jour de l’Ascension, une énorme détonation, conséquence de l’explosion dans le cratère provoquant un puissant souffle, surprend les habitants. Les effets se font sentir jusqu’à Fort-de-France à 26 km de distance à vol d’oiseau. L’explosion produisit un panache noir en forme de champignon haut de plus de 4km au-dessus du volcan, visible à plus de 100km de distance. Le souffle  renversa les murs de la cathédrale et fit voler les toits. L’explosion est suivie en 3 minutes par un immense nuage toxique et une nuée ardente, déferle à plus de 500km/h sur la ville. A  7 h 52, en moins d’1 minute, le nuage de cendres, de pierres et de gaz enflammés recouvre la ville, des incendies se déclarent un peu partout et s’étendent rapidement. Les bateaux dans le port chavirent, retournés par les vagues créées par l’explosion. La température est tellement élevée qu’elle a fait fondre le métal et le verre.
Les 30 000 habitants de la ville succombent à l’onde de choc, à l’inhalation de gaz brûlants, toxiques, aux brûlures, aux chutes de boue brulante et blocs de roches, à  l’écroulements de bâtisses… Les corps de familles entières ont été retrouvés figés autour de la table du petit déjeuner.

il n’y eut que 3 rescapés

-Louis-Auguste Cyparis, un ouvrier de 27 ans, enfermé dans le cachot de la prison aux murs très épais pour une bagarre dans un bar. horriblement brûlé, il survécut, fut gracié et devint célèbre en tournant aux Etats-Unis avec le cirque Barnum comme «l’homme qui a vécu le jour du jugement dernier»!
-Léon Compère, un cordonnier qui s’était réfugié dans son échoppe  aux murs épais,
-Havivra Da Ifrile, petite fille échappée in extremis sur la barque de son frère, qui fut recueillie en mer.
Dans la rade, une vingtaine de marins et des passagers des navires ont été secourus et ont survécut.

Après l’éruption

Le 20 mai, une seconde éruption plus violente que la première provoque des retombées de cendres sur toute l’île et termine de détruire les bâtiments. Ce fut ce qui fut appelé une « éruption sanitaire », car les cendres recouvrant les cadavres empêchèrent leur décomposition.
Les géologues et journalistes américains arrivés sur place le 21 mai furent stupéfiés de l’ampleur des dégâts. Les routes vers le nord  sont devenues impraticables et les 22 000 rescapés des communes environnantes se réfugièrent à Fort-de-France.
Les Etats-Unis, plus proche, aidèrent les premiers en offrant un crédit de 200 000 dollars pour l’achat de vivres, médicaments apportés de New York et un second de 300 000 dollars destinés aux sinistrés. Le gouvernement français mit en place une aide humanitaire en créant un comité officiel d’assistance et de secours aux victimes et le ministre des Colonies ouvrit une souscription nationale. En Europe, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Russie… participèrent d’environs 5 000 dollars chacun.

Saint-Pierre de la Martinique après l'éruption de la montagne Pelée

Saint-Pierre de la Martinique après l’éruption de la montagne Pelée

Les conséquences 

Après cet évènement Fort-de-France, déjà chef-lieu administratif, devient la ville principale de l’île. On y créé l’orphelinat de l’Espérance pour accueillir les nombreux enfants se retrouvant sans famille.  Les sinistrés furent relogés dans d’autres villages de la côte nord-atlantique et dans le sud de l’île. D’autres sont partis pour la Guadeloupe, Sainte-Lucie, Trinidad, la Guyane ou encore au  Panama et au Venezuela…
L’éruption, après le 8 mai, continua pendant plus d’une année et le volcan maintint une activité jusqu’en 1905. Le drame et les erreurs de prévision ont entraîné un regain d’intérêt pour les éruptions volcaniques. Grâce aux observations que purent faire sur place de nombreux géologues après la catastrophe, la vulcanologie devint une science à part entière. c’est la première éruption volcanique qui ait été scrupuleusement étudiée et décrite scientifiquement, qui reste une référence fondamentale de la discipline.
La montagne Pelée a eu 4 éruptions en un peu plus de 200 ans : en 1792 et 1851; en 1902 et 1929 avant de se rendormir pour une durée indéterminée…
 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This