Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Le wax s’invite sur les prom dress #africanprom

Rédigé par

1.06.2016

Le wax est victime d’un succès fulgurant, notamment chez les stars qui n’hésitent plus à se porter ce tissu festif et coloré, symbole de la mode africaine. Si Beyonce est fan de Stella Jean, une styliste italo-haïtienne qui utilise le wax dans ses créations, cette mode a percé jusque chez les étudiantes qui se rendent désormais à leur bal de promo dans une robe imprimée wax.

Une pluie de prom dress d’inspiration wax

C’est sur Instagram que l’on a pu découvrir un bel échantillon de prom dress originales.

SDS Prom #prom #prom2k16 #jacksonvilleprom #duval #dashiki #nubianqueen #africanprom

Une photo publiée par sds fashions (@sdsfashions) le

Une étudiante américaine devient une star grâce à sa prom dress

Le mouvement #africanprom se propage sur les réseaux sociaux où de nombreuses jeunes filles originaires d’Afrique, mais aussi des Etats-Unis, se montrent dans leurs robes de bal de promo, fières d’être noires et de porter le célèbre tissu wax.
L’une d’entre elles a carrément fait la une de sites internet dont Atlanta Black Star, en s’opposant à sa professeure qui jugeait le tissu wax « de mauvais goût » pour un bal de promo. Non seulement Maalaya Zandrs a mis son tissu imprimé Ankara (un style en provenance de Lagos au Nigéria), mais en plus elle s’est montrée sur Instagram où sa photo a été reprise à l’infini. Le 13mai, cette belle étudiante afro-américaine s’est présentée à son bal de promo au lycée Garfield Heights à Cleveland dans l’Ohio dans une robe signée DeAndré Crenshaw et a fait sensation.
Depuis, elle est présentée comme un modèle de la black pride. En légende de sa photo sur Instagram, Makalaya Zanders a écrit : « Ma robe signifie quelque chose : le style africain est joli et je me sens à l’aise avec ma mélanine et mes origines ».


Et dans une interview donnée à ABC News : « Je n’ai pas grandi avec des Barbie noires. Petite déjà, je pensais que je ne correspondais pas à ces standards traditionnels qui définissent la beauté ». Et d’ajouter : « Plein de personnes pensent que c’est juste une tendance [la mode africaine] mais je pense que si ça séduit plus de personnes et que ça nous rend plus curieux vis-à-vis de notre culture, c’est déjà suffisant pour moi. »
En osant s’affirmer, Makayala Zanders a gagné le respect de ses pairs et de sa professeure qui s’est depuis excusée.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This