Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Joséphine l’impératrice qui venait de Martinique…

Rédigé par

25.06.2015

Marie-Josèphe-Rose Tascher de La Pagerie, appelée communément Rose, et surnommée Yeyette, est née en 1763 aux Trois-Îlets en Martinique. Elle est issue d’une famille de riches colons martiniquais originaires du Loir-et-Cher installée sur l’île depuis un demi-siècle, qui exploitent une plantation de cannes à sucre où travaillent plus de 150 esclaves.

Envoyée en métropole à 16 ans, cette belle créole épouse en premières noces arrangées en 1779 Alexandre de Beauharnais, un ami de la famille, de 3 ans son aîné. Ce mariage, bien que donnant 2 enfants Eugène et Hortense n’est pas heureux.

Durant la révolution de 1789 son mari est élu député aux États généraux, puis Président de l’Assemblée législative. Mais il sera guillotiné le 23 juillet 1794, peu avant la chute de Robespierre et c’est presque par miracle que Rose évite le même sort. Emprisonnée,  elle sort en août 1794 veuve et pauvre.

Une femme rusée et séductrice

À sa sortie de prison, grâce à sa beauté légendaire (elle a néanmoins les dents gâtées !), à ses charmes et ses bonnes relations elle s’arrange pour rebondir très vite socialement. Malgré sa pauvreté, elle se fait entretenir par ses nombreux amants…
Elle devient la maîtresse du directeur Barras mais déjà mariée, ce dernier cherche à s’en débarrasser en lui présentant, un jeune officier disponible, qui pourra lui apporter une position convenable dans le monde, Napoléon Bonaparte. Convaincue elle accepte ce mariage avec l’ambition d’atteindre les plus hautes sphères sociales.

Ils se marient civilement  le 9 mars 1796 à Paris. Il a 27 ans, elle en a officiellement 33 mais les époux trichent tous les deux sur leur âge.

Le jeune Bonaparte, très amoureux, jaloux et possessif, transforme son deuxième prénom, Josèphe, en Joséphine pour ne pas avoir, dit-on, à prononcer le prénom trop utilisé par ses précédents amants. L’appellation « Joséphine de Beauharnais » est donc incorrecte. De son vivant, elle n’a jamais été appelée ainsi.

Joséphine de Beauharnais et  Napoleon Bonaparte

Joséphine de Beauharnais et Napoleon Bonaparte


Durant les campagnes en Italie et en Égypte de son mari, Joséphine enchaîne les aventures et commence à être mal vue par l’opinion publique. Tandis que le destin de Napoléon devient de plus en plus glorieux, Joséphine revient peu à peu dans le droit chemin. Malgré sa mauvaise conduite, Napoléon l’associe à son élévation. En 1804, ils triomphent lors du sacre à Notre-Dame, renforçant leur mariage civil par une cérémonie religieuse durant laquelle il la proclame lui-même Impératrice.

Devenu empereur de France Napoléon 1er est toujours profondément épris de sa femme et adopte les enfants de son précédent mariage.

Elle sera à impératrice à ses côtés pendant 5 ans, mais à un âge déjà avancé, ne pouvant lui donner un héritier, condition nécessaire pour garder sa condition d’Empereur, elle consent à accepter en 1809 le divorce pour raison d’État pour céder la place à la jeune et fertile Marie-Louise d’Autriche. Répudiée mais largement dotée, elle conserve le titre d’Impératrice des Français et une riche dotation incluant le château de la Malmaison.

Impératrice Joséphine

Impératrice Joséphine


Napoléon ne se remettra jamais véritablement de cette séparation, et ne cessera pas de la fréquenter. Ils se retrouvent souvent à Malmaison, où elle consacre tout son temps à ses petits enfants et à sa passion pour la botanique. En effet, elle agrémente son jardin d’animaux rares et de plantes exotiques qui lui rappellent l’exotisme de la Martinique.

Elle meurt d’une pneumonie le 29 mai 1814, à 51 ans, peu après la chute de l’Empire, ayant pris froid en faisant visiter son domaine au tsar Alexandre 1er…

Joséphine et le rétablissement de l’esclavage…

Une polémique perdure encore aujourd’hui sur le fait que Joséphine aurait influencé Napoléon à rétablir l’esclavage en 1802. Dans ses mémoires, Napoléon a prétendu qu’il avait rétabli l’esclavage sous la pression des colons esclavagistes et plus particulièrement de Joséphine, qui l’aurait convaincu sur l’oreiller. Mais selon certains historiens, Joséphine avait de l’affection pour ses esclaves, ne les a pas oubliés, demandant à Napoléon d’envoyer mensuellement une somme d’argent à sa nourrice.

Elle était habituée depuis son enfance à voir des femmes esclaves proches de son père. Et elle-même aurait eu une fille d’une union avec un esclave dont elle aurait pris soin en secret.

À la mort de sa mère, Joséphine a affranchi 7 esclaves. Et la Martinique étant sous domination britannique, l’esclavage n’y avait pas été aboli. Il n’y a aucune preuve qu’elle a demandé à son mari de rétablir l’esclavage. De plus à l’époque l’opinion des femmes, plutôt vues comme des objets sexuels, n’avait peu ou pas d’importance !
Ce fut une décision de Napoléon surtout inspirée par la crainte de leaders tels que Toussaint Louverture, Joseph Ignace, Louis Delgrès et motivée par es raisons économiques… Même si Joséphine ne fut pas une anti-esclavagiste, elle l’était probablement plus que son mari !
 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This