Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Joel, l'Antillais fragile et infidèle de Cauet !

Rédigé par Christ-Laur Phillips

2.02.2016

Nous savons parfaitement que cette vision de l’homme de chez nous que Joel nous inflige est loin d’être une règle et que les spécimens respectueux sont plus nombreux qu’on l’imagine…
Mais on se devait de s’arrêter sur lui qui, bien au contraire, illustre parfaitement l’image de l’Antillo-Guyanais n’ayant aucun respect de la femme !

Cauet piège un Antillais fragile 

Le décor se plante au sein de l’émission de Cauet sur NRJ, qui n’a d’autre objet dans son émission que de tester la fidélité de sujets déjà fragiles.
Son acolyte, une lumière répondant au nom de Marion, n’a de son côté, que pour ambition en tant que femme, d’allumer des hommes limités.
Ajoutez à ces deux joyeux lurons un homme qui ne pense qu’avec sa braguette et vous obtenez un enregistrement collector qui, au choix, peut nous faire rire ou nous faire pleurer !

Joel, l’enfoir** de service

Joel se fait donc allumer bien comme il faut au téléphone par une nana chaude comme la braise, et bien qu’il ne l’ai jamais vue, notre crét** n’a pas la langue dans sa poche. Morceaux choisis :
« Un homme marié, ça n’a aucun sens de nos jours ! »
« Je peux te proposer un petit jus de corps d’homme »
« As-tu de belles mamelles ? »
« Avec mon instrument, je vais te casser le c*** »
« J’aime les blanches, ce sont mes préférées les blanches ! »

Sa femme le grille, ce n’est pas grave ! 

Valentine, la femme de Joel (qui ne doit pas être une lumière non plus puisque c’est son idée !) intervient…
Un élément qui ne gêne pas non plus notre chaud lapin qui déclare à sa compagne : « T’as voulu tester ma fidélité mais tu sais bien comment je suis… Je dois prendre soin de ma clientèle ! » avant d’ajouter : » J’ai un charme et une élégance naturelle, que veux-tu que j’y fasse ? »
Détendu comme jamais, Joel s’est même permis d’inviter Cauet à boire un tit punch et de conclure « Tu sais bien que quand ma femme va me voir, elle va courir, elle va pleurer et ça va se régler… » 
Au Secours !

Logo BLAKE'S Retina A lire aussi Le « mauvais » père antillo-guyanais

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This