Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Les chiens sont capables de lire vos émotions

Rédigé par

9.05.2017

Si aux Antilles-Guyane les chiens n’ont pas toujours la cote, on ne peut pas nier que les animaux à 4 pattes sont des compagnons remarquables. Fidèles, attachants et quasiment amoureux de leur maître, les chiens sont de fins psychologues qui semblent avoir le pouvoir de réconforter et comprendre les humains. Et en effet.

Le chien perçoit les émotions humaines

On savait déjà que les chiens étaient réactifs aux aboiements et sons émis par leurs congénères, on vient découvrir qu’ils sont capables de ressentir et comprendre les émotions des êtres humains. Dans une étude sortie en janvier 2016 dans le magazine Biology Letters, on apprend que le chien est capable de différencier la joie et la colère. Non seulement il peut percevoir les nuances dans la voix, mais il peut aussi lire ces émotions sur les visages humains.
Des chercheurs de l’Université de Sao Paulo au Brésil et de Lincoln en Angleterre ont fait des tests sur 17 chiens. Mis face à des voix joyeuses ou colériques et des visages exprimant les mêmes sentiments, les chiens marquaient une attention plus intense quand le bon visage était associé à la bonne voix. A savoir quand une voix énervée était associée à un visage en colère et une voix joyeuse à un visage heureux. Un peu comme si les chiens arrivaient à faire le lien entre une voix et une expression faciale.
Et bien que les chiens bien dressés soient capables de prouesses, on apprend que la « lecture des sentiments » chez le chien est innée. Le professeur Kun Guo, de l’Université de Lincoln raconte : « Notre étude montre que les chiens ont la capacité d’intégrer deux sources d’informations sensorielles différentes et d’aboutir à une perception cohérente des émotions humaines« . Leur relation unique avec l’homme ne serait pas étrangère à cette incroyable capacité.

Le chien, une éponge à émotions

En plus de lire les émotions, le chien les ressent, perçoit et les exprime à son tour. Dans un environnement apaisé, le chien montre un comportement normal, mais face à l’énervement ou l’agacement de son maître, il peut vite perdre ses moyens. Par exemple, selon une étude publiée dans Animal Cognition, un même ordre, selon qu’il est donné sur un ton joyeux ou énervé, n’a pas le même effet sur le chien. Ross Flom, psychologue, démontre que lors d’un test de recherche d’un jouet caché, sur un ton joyeux, le chien recherche avec entrain l’objet et est efficace. Mais quand il reçoit le même ordre pour le même objet caché au même endroit, mais sur un ton dur, le chien hésite et met plus de temps, comme effarouché par le ton négatif de son maître.
De même, lorsque son maître est triste, le chien semble chercher à le consoler en lui tournant autour et lui faisant des câlins. Quand vous revenez de voyage (ou du travail), votre chien vous fait la fête. Et on a déjà eu vent d’histoires où des chiens étaient morts de chagrin après le décès de leur maître.
Un changement dans le comportement du chien est parfois le résultat d’un trop plein d’émotions et/ou d’un stress. Par exemple, un déménagement, une séparation, des disputes dans le foyer peuvent le perturber. Le chien se met alors à faire ses besoins dans la maison ou se montre agressif. Comme un enfant qui n’est soudainement plus propre ou qui pleure sans raison, le chien manifeste son mal-être. D’ailleurs, une étude a montré que le chien avait la capacité émotionnelle d’un jeune enfant. Une IRM du cerveau démontrant que le noyau caudé du chien (un des 3 composants des ganglions de la base du cerveau ou noyaux gris centraux) s’active sous certains stimuli, comme dans le cerveau humain.
Gregory Berns, chercheur à l’Université d’Emery à Atlanta aux Etats-Unis déclare : « Beaucoup de choses similaires qui activent le noyau caudé chez l’humain, associées à des émotions positives, activent également le noyau caudé du chien. Cette capacité nous oblige à repenser la façon dont nous traitons les chiens. Les chiens sont aussi des personnes« .
Très belle conclusion.
 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This