Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Leila Chicot, messagère de l'amour !

Rédigé par

29.01.2016

Blake’s : Est-ce que « Simen Lanmou » est ta réponse à la recrudescence de la violence dans le monde ? En particulier aux attentats du 13/11 puisqu’on te voit dans le clip rendre hommage aux victimes ?
Leila Chicot : C’est un titre que j’avais déjà écrit durant l’été, une réponse générale à l’évolution de la société, mais dans le mauvais sens et ça fait un moment que ça dure. Je suis très gênée par le fait qu’on ne nous dise pas tous sur ce qui se passe réellement dans le monde depuis des décennies. Aujourd’hui les gens sont plus stressés, aigris, sous pression à force de voir et d’entendre que dans les médias on parle plus de ce qui est négatif de ce qui est positif. Ce qui s’est passé en novembre 2015 est la dernière chose qui a fait que je sorte ce titre. Au fur et à mesure de nos expériences humaines, on se rend compte que le pouvoir le plus puissant qui soit c’est bien l’amour ! L’argent est un pouvoir, mais l’amour en est un autre !
Tu n’as pas peur de donner une image un peu naïve de ta personnalité avec ce titre ? N’est-ce pas une vision un peu angélique ou utopiste du monde ?
Leila Chicot : Non parce que je sais que ça fonctionne ! Je sais que quand on reste positif dans sa tête, on donne véritablement de l’amour aux gens qu’on les connaisse ou pas, et ça marche ! On a un retour de bonnes et belles choses, et ça, ce n’est pas naïf ! Si je donne cette image, je l’assume pleinement ! Je suis bien dans ma tête dans mon cœur et dans mon âme ! Peu importe comment on me juge, on me voit ce n’est pas grave…
Leila Chicot en concert
Quels ont été les premiers retours sur le titre ?
Leila Chicot : Bons et il y en a de plus en plus ! J’ai eu peur au début parce que c’est un style que mon public ne connait pas. J’ai aussi voulu changer de style, donner quelque chose de plus frais. Mais je reste à l’écoute de mon public et pour le moment c’est positif ! C’est vrai que j’ai eu des retours des DJs qui s’attendaient à mixer un zouk de Leila Chicot. Mais c’est une décision stratégique que j’ai prise. Et de toutes les façons je n’abandonne pas mon zouk pour autant (rires !)
Ton nouvel album sera-t-il dans la veine de Simen Lanmou ?
Leila Chicot : Non du tout ! C’est une parenthèse, un petit coup de cœur et pour aussi prouver que l’on sait faire autre chose que du zouk et que l’on arrête de nous mettre dans des cases ! Pour moi un chanteur, reste un chanteur ! A partir du moment où tu véhicules la même vibration, fréquence que les gens aiment de toi, il n’y a pas de raison que tu sois obligée de rester sur du zouk ! J’avais envie de faire autre chose… ce sera pour l’été ! Et tu as l’exclusivité : ce sera un best of avec quelques titres inédits !
Tu comptes aujourd’hui plus de 20 ans de carrière, mais seulement 3 albums solos ? C’est peu…
Leila Chicot : C’est vrai que les gens s’imaginent que j’en ai fait plus, parce que j’ai fait tellement de participations sur des compilations. Mes premiers morceaux comme « avoué » étaient sur un album avec un autre artiste Alex Alexis, Double Jeu. Mais pour beaucoup c’était mon maxi single, car les 3 morceaux ont fonctionné et Alex a presque été évincé. C’est comme ça que ça devait se passer, je ne regrette rien, sur 20 ans ma carrière a malgré cela été richement remplie.

Leila Chicot en concert

Leila Chicot en concert


As-tu à certaines étapes de ta vie mis la musique de côté ?
Leila Chicot : Le fait de devenir maman m’y a obligé. On a des choix à faire quand on est artiste, femme et que l’on a un enfant. Je me suis occupée de ma fille pendant plusieurs années avec plaisir. Je suis revenue depuis 2009, mais je ne peux plus être comme j’étais avant d’être maman ! Donc je reste une artiste, mais je reste surtout mère avant tout !
On te présente régulièrement comme une diva du zouk, au même titre que Labylle, Béroard, Edith Lefel, Tanya St Val… comment prends-tu cela ?
Leila Chicot : J’ai du mal ! Parce que pour moi une diva est une artiste qui a beaucoup donné dans sa carrière, que ce soit humainement ou musicalement parlant. Jocelyne Beroard est la pionnière, la première femme qui a fait du zouk ! Tanya c’est une idole pour moi, c’est elle qui a été mon facteur déclencheur à chanter du zouk. Et puis il y a Edith Lefel qui est pour moi UNE VÉRITABLE DIVA ! C’était une femme pleinement disponible pour ses fans, comme dans sa musique, même avec sa famille, ses proches. Édith était pour moi la DIVA personnifiée de notre milieu. Mais je ne me mets pas, ne me sens pas encore à son niveau, même si certaines personnes me disent que je leur fais penser à elle… ce qui est flatteur ! Mais c’est vrai qu’une diva est une femme qui a un potentiel énorme artistiquement parlant, mais aussi humainement parlant.
Leila Chicot en concert

Leila Chicot en concert


Tu as célébré ces 20 ans de carrière au Cabaret Sauvage à Paris en 2014. Peu de temps après, tu as posté des messages sur les réseaux sociaux qui laissaient penser que tu prenais ta retraite ? Que s’est-il passé ?
Leila Chicot : Oh ! Plein de choses ! (rires !) Il y a eu une accumulation de choses qui se sont passées dans ma vie depuis 96, personnelle comme professionnelle. Le monde de la musique a tellement changé ! J’ai eu beaucoup de blessures et j’ai réalisé que l’humain avait perdu beaucoup de valeurs ! Au même moment j’ai eu une déception amoureuse et c’est ce qui m’a décidé de faire un break ! Pas de partir vraiment, mais juste de me retirer, sortir de la lumière quelque temps. Et ça m’a fait énormément de bien ! (rires !)
Quel a été ton plus beau cadeau pour ces 20 ans de carrière ?
Leila Chicot : Eh bien que les gens aient répondu présents ! La salle n’était pas pleine, mais il y avait beaucoup d’amour ! D’ailleurs j’en ai pleuré (rires !) J’ai constaté aussi avoir un un public intergénérationnel ! Un public de ma génération, de quadras et puis j’ai atteint la génération suivante et aujourd’hui j’atteins un peu l’actuelle ! J’ai des jeunes de 16 ans qui m’écoutent, me suivent, m’envoient des messages Facebook. Quand je vois ça, je me dis qu’ils étaient dans le ventre de leur maman qui écoutait du Leila Chicot ! (rires !). J’ai des plus jeunes de 13, même 10 ans ! Ça fait bizarre, mais ça fait plaisir, car je me dis que je ne suis pas has been finalement (rires !) C’est mon plus beau cadeau ! Voilà !
Quels conseils à donnerais-tu à nos lectrices ?
Leila Chicot : Mesdames, soyez et restez belles, que ce soit physiquement et intérieurement ! Quand on l’est intérieurement on l’est encore plus extérieurement ! Et quand je dis belle, je ne parle pas de mettre des tonnes de maquillage, d’être habillé plus chic, reste vous-même, mais restez belles !

Toute l’actualité de Leila Chicot sur https://www.facebook.com/Leïla-Chicot et sur BLAKE’S !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This