Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Kamala Harris : 5 choses que vous ignorez sur la candidate à la vice-présidence des Etats-Unis

Rédigé par

31.10.2020

Kamala Harris est la colistière de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine. Si ce dernier devait être élu président le 3 novembre prochain, Kamala Harris entrerait dans l’histoire à bien des égards.
Celle qui intègre le barreau de Californie en 1990 à un parcours aussi inspirant qu’exemplaire. D’adjointe au procureur de district du comté d’Alameda, elle est élue procureur du district de San Francisco puis procureur de Californie en 2010 et 2014.
Soutenue par Barack Obama, elle devient Sénatrice des Etats-Unis en 2017. A quelques jours du scrutin américain, il est bon de se pencher sur cet ovni politique pour qui la défaite n’est pas une option.

1/ Kamala Harris, pur produit de l’immigration

Kamala Devi Harris est « blindian », un mot-valise, contraction de « black » et « indian ». Son père est jamaïcain et sa mère indienne.
Son père, Donald J. Harris, débarque aux Etats-Unis en 1961 pour effectuer un doctorat à l’Université Berkeley de Californie. Il est aujourd’hui un économiste reconnu et un professeur émérite à Stanford.
Sa mère, Shyamala Gopalan, n’est pas en reste. Elle quitte l’Inde et arrive aux Etats-Unis en 1960 pour faire un doctorat en endocrinologie à Berkeley. Elle est biologiste et oncologue spécialiste du cancer du sein.
Forte de ces deux origines, Kamala Harris explique avoir été éduquée en tant que jeune femme noire par sa mère. Dans son autobiographie The Truth We Hold, elle explique que sa mère, qui a divorcé de son père quand elle avait 7 ans, « comprenait très bien qu’elle élevait deux filles noires. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Kamala Harris (@kamalaharris) le


Elle ajoute : « Elle savait que son pays d’adoption nous verrait moi et ma soeur comme des filles noires, et elle avait la ferme intention de faire de nous des femmes noires pleines de confiance en elles. »

2/ Kamala Harris, une femme de records

Être une femme en politique n’est pas facile. Et être une femme noire l’est encore moins. Et pourtant, les préjugés et les obstacles semblent avoir fait la force de Kamala Harris qui a un parcours des plus prestigieux.
Elle est la première femme, et de fait la première femme noire a avoir été nommée procureur général en 2010. Elle est d’ailleurs réélue à ce poste en 2014. En 2016, elle entre au Sénat et est la première femme noire à représenter l’État de Californie.
Actuellement colistière de Joe Biden pour l’élection présidentielle américaine, Kamala Harris brigue le poste de vice-présidente. A ce jour, seules 2 femmes ont eu ce rêve : la démocrate Geraldine Ferrero en 1984 et la républicaine Sarah Palin en 2008. Kamala Harris est également la première personne afro-américaine et la première personne d’origine asiatique (elle est indienne du côté de sa mère), à se présenter en tant que vice-présidente des États-Unis.
Avant d’être la colistière de Joe Biden, le candidat démocrate, Kamala Harris s’était elle-même présentée à l’investiture démocrate contre Joe Biden. Elle était donc implicitement candidate à l’élection présidentielle.
A ce moment, le président Donald Trump, en campagne pour un second mandat, avait déclaré : « Kamala Harris ne pourrait jamais devenir la première femme présidente, ce serait une insulte à notre pays. »
Finalement, Kamala Harris abandonne la course à la tête du parti et est nommée colisitère par Joe Biden en août 2020.

3/ Kamala Harris fana de ses 2 beaux-enfants

Kamala Harris n’a pas eu d’enfant avec son mari, mais a une belle-fille et un beau-fils pour lesquels elle a beaucoup d’affection.
Kamala Harris a épousé l’avocat Douglas Emhoff en 2014. Il avait déjà 2 enfants, Cole et Ella (pour John Coltrane et Ella Fitzgerald), nés de son mariage avec la productrice Kerstin Emhoff. La candidate a la vice-présidente s’entend d’ailleurs parfaitement avec eux et a même hérité du surnom « Momala ».
Elle expliquait dans le magazine ELLE en mai 2019 : « Cole et Ella n’auraient pas pu être plus accueillants avec moi. Ce sont des enfants brillants, talentueux, drôles qui sont devenus des adultes remarquables. J’étais déjà accro à Doug mais je pense que ce sont Cole et Ella qui m’ont vraiment captivée. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Kamala Harris (@kamalaharris) le


Totalement en extase devant ces beaux-enfants, âgés de 25 et 21 ans, Kamala Harris ajoute : « Ils sont mon intarissable source d’amour et de pure joie. Je peux dire une chose de façon certaine, mon coeur ne serait pas complet, ma vie ne serait pas remplie, sans eux. »
Kamala Harris et Douglas Emhoff se sont mariés lors d’une cérémonie privée à Santa Barbara et c’est Maya, la soeur de Kamala, qui en était l’officiante.

4/ La vraie prononciation du nom de « Kamala Harris »

D’aucuns pensent que le prénom Kamala est tout bête à prononcer. Et pourtant, il y a un petit piège dans ce prénom à la signification très intéressante.
Kamala signifie « née du lotus » ou tout simplement « lotus ». Il se prononce « COMMA-LA », comme l’a indiqué Meena Harris, la nièce de Kamala Harris, dans un tweet.


Dans l’émission The View animée par Whoopi Goldberg, la sénatrice a pris le temps de bien expliquer la prononciation de son nom, bien souvent écorché, même par des hommes politiques.
Elle explique : « C’est COMMA-luh. Pensez à « comma » et ajouter un « luh ».
Déjà en 2016, la question se posait et Kamala Harris avait décidé d’en rire en faisant intervenir des enfants. Dans la vidéo, chaque enfant y va de sa mauvaise prononciation avant d’enfin bien prononcer son nom tout en exposant son programme. Fun et pédagogique, cette vidéo est une pépite.

5/ Kamala Harris fan de Converse

Kamala Harris est une femme simple qui affectionne tout particulièrement les Converse. Oui, oui. Pas besoin d’escarpins dernier cri ou de talons aiguilles pour montrer qu’on est une femme de poigne qui compte bien faire sa place en politique.
C’est chaussée de Converse que Kamla Harris parcourt l’Amérique dans le cadre de la campagne électorale où elle est candidate pour devenir vice-présidente.
Le 19 octobre dernier, elle a d’ailleurs fait sensation en apparaissant lors d’un meeting à Jacksonville chaussée de Converse noire basses. Elle a surpris la foule en dansant sous la pluie au moment d’entrer en scène.

Kamala Harris danse dans ses Converse


Repérée plus d’une fois avec des Converse aux pieds, Kamala Harris a avoué son faible, voire même sa passion pour la baskets iconique.
Elle déclarait au magazine The Cut : « J’ai toute une collection : des noires avec du cuir, des blanches, j’ai celles qui ne s’attachent pas, celles qui s’attachent, celles que je porte quand il fait chaud, celles que je porte quand il fait froid et celles à plateforme lorsque je porte un tailleur pantalon.»
Fier de sa femme et de l’image qu’elle dégage, son mari Doug Emhoff a d’ailleurs tweeté le 7 septembre dernier : « La Kamala Harris que je connais porte des Chuck Taylor et un jean… et maintenant vous le savez tous. »

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This