Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Jesse Williams, beau gosse mais pas que…

Rédigé par

12.08.2016

Jesse Wesley Williams est né le 5 août 1981 à Chicago dans l’Illinois d’une mère suédoise et d’un père afro-américain. Ses parents sont enseignants et il est l’aîné de 3 garçons. C’est un élève studieux et passionné de sports qui obtient son diplôme de fin d’études, équivalent du baccalauréat, haut la main.

Un mannequin occasionnel

Beau métis aux yeux verts conscient de son potentiel physique, il fait occasionnellement le mannequin durant ses années de lycée pour subvenir à ses besoins, sans chercher à percer dans ce milieu et à en faire son métier…

Les débuts de Jessy Williams

Suivant la trace de ses parents, diplômé en histoire américaine et afro-américaine du cinéma de l’art et des médias, il enseigne à New York pendant 6 ans. Ayant étudié le cinéma, Jesse décide d’embrasser une carrière d’acteur et en 2005 et en parallèle de son travail, il prend des cours d’art dramatique.
Il est sélectionné parmi un casting de 800 personnes pour participer à l’émission The New York Actors Showcase, sorte de télé-crochet qui déniche de nouveaux acteurs. Son physique ravageur ne passe pas inaperçu et dès l’année suivante il apparaît dans quelques séries télévisées la première étant New York, police judiciaire, films et pièces de théâtre.

Le succès

Continuant sur sa lancée en 2008, Jesse Williams joue dans le film 4 filles et un jean 2 avant d’apparaître, l’année suivante, dans les 2 premières saisons de la série télévisée Greek.
Jesse voit sa carrière prendre un élan en 2009, grâce en décrochant le rôle de l’interne puis du docteur en chirurgie plastique Jackson Avery dans la célèbre serie Grey’s Anatomy. Arrivé à partir de la 6è saison comme personnage récurrent, il passe personnage principal dès la saison suivante.
Il joue aussi en parallèle dans le spin-off de celle-ci, Seattle Grace: Message of Hope, incarnant le même personnage. En 2011 il est récompensé par la Young Hollywood Awards comme acteur de télévision de l’année. On le retrouve à l’affiche de plusieurs films : La cabane dans les bois (2012), Red Tails (2012), They Die by Dawn (2012). Il fait même des apparitions dans le clip de Rihanna Russian Roulette et d’Estelle Fall in love.

Hors des écrans télé

En 2012, Jesse Williams se marie à Aryn Drake-Lee, sa compagne depuis 2007 avec qui il a 2 enfants : une fille Sadie (né en 2013) et un garçon, Maceo (né en 2015). La même année il crée la société de production, la farWord Inc. avec sa femme avec pour objectif de mettre en exergue les liens entre notre apprentissage et compréhension de l’histoire/la culture et la manière dont le contenu des médias influencent notre santé et comportement (collectif et individuel.
Par des programmes littéraires, audiovisuels, internet…la vocation de farWord Inc. est de développer une transmission créative et réaliste/ sincère pour un développement culturel et une indépendance psychologique.
En 2013, il tient dans le film qui a fait pleurer Barack Obama, Le Majordome, aux côtés de Forest Whitaker et Oprah Winfrey, le rôle de l’activiste James Lawson qui lui va sur mesure car Jesse Williams est un activiste et militant pour l’égalité raciale aux États-Unis. Il a d’ailleurs régulièrement signé plusieurs tribunes et articles sur le sujet pour la chaîne CNN et Le Huffington Post.

Un engagement assumé

Juin 2016, Jesse Williams fait la polémique en tenant un discours émouvant et engagé de plus de 4 minutes lors de la remise d’un prix pour son implication liée au droits civiques et aux questions sociales, durant la cérémonie des BET Awards.

Devant les caméras et une centaine d’invités, il a dénoncé le racisme aux Etats-Unis notamment les crimes des policiers contre des Afro-Américains.

Il a dédié son prix aux femmes afro-américaines et “aux activistes, aux avocats des droits civiques, aux parents en difficulté, aux familles, aux enseignants, aux étudiants qui se rendent compte qu’un système construit pour diviser, appauvrir et détruire ne peut pas tenir si nous y résistons”.
Si ce plaidoyer lui a valu un standing ovation de la part du public, il n’était pas aux goûts de certains Américains qui ont lancé une pétition pour qu’il soit renvoyé de la série qui l’a révélée. Sur Twit­ter, la créatrice de la série Shonda Rhimes, simplement répondu qu’elle n’avait pas besoin d’une pétition pour lui dire comment agir!
 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This