Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Halloween aux Antilles-Guyane : pour ou contre ?

Rédigé par

20.10.2015

La Toussaint et le Jour des Défunts est une période de rassemblement familiale en mémoire aux défunts. Il est d’usage de se recueillir au cimetière qui s’illumine d’un parterre de Clarté Divine et autres bougies à la nuit tombée. On nettoie les tombes, on les repeint pour ensuite les fleurir, on les bénit, et on se souvient de ceux qui nous ont laissé le cœur lourd. Mais l’ambiance est plus à la fête qu’à la morosité, qu’on ne s’y méprenne pas. L’agitation ambiante est heureuse. Aux abords des cimetières, c’est le rendez-vous des marchandes de pistaches (ndlr : qui ne sont autre que des cacahuètes chez nous), de sinobols et autres douceurs, et on célèbre nos morts sur fond de retrouvailles, on discute, on socialise. Lorsque la cloche retentit, il est l’heure de quitter le cimetière et de rentrer à la maison. Tout le week-end de la Toussaint est rythmé par la messe, celles de tous les saints et celles des défunts.
Un conflit culturel ?
Toutefois, les traditions ont tendance à se perdre. Certains n’ont plus le temps ou l’envie de suivre ces rites. D’autres, peut-être plus jeunes, s’en désintéressent et préfèrent s’adonner aux joies d’Halloween. Les américains et nord-américains, eux aussi, ont leurs traditions. Ils célèbrent Halloween avec la plus grande ferveur. Cette fête tire ses origines de la culture celte, et s’est enrichie d’autres croyances avec le temps. Notamment d’Irlande, de la Rome Antique et d’Europe du Nord. Déguisement, « Trick or Treat », cette fête populaire plait beaucoup en France. Et la jeunesse martiniquaise depuis quelques années semble aussi enjouée à l’idée de trouver le costume d’Halloween qui fera sensation en soirée. Et les soirées aux thématiques inspirées de nos voisins nord-américains ne manquent pas. Elles se multiplient comme des champignons. Peut-être certains y voient-ils un avant-goût du carnaval ? Beaucoup pointe du doigt cet autre aspect de l’américanisation des Antilles, la non-transmission et le non-respect de notre culture. Il est vrai que voir nos traditions disparaitre au profit de celles plus ludiques d’autres pays est inquiétant. Les deux célébrations, il faut l’admettre, sont aux antipodes l’une de l’autre. La première honore religieusement ses défunts, l’autre les ramènent de façon ludique parmi les vivants.
Respect des traditions ou évoluer dans un monde globalisé, que penser de ce conflit culturel ? Et vous, êtes-vous pour ou contre ? Le débat est ouvert !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This