Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Admiral T : Le Dancehall a beaucoup évolué en bien comme en mal…

Rédigé par

23.07.2016

1998: sortie de ton premier titre, 2015: sortie de ton dernier album. 17 ans de carrière! Quand tu regarde en arrière que vois-tu ?
Admiral T : Je vois mes débuts, là ou j’ai grandi. Je n’aurais jamais cru être où je suis aujourd’hui. J’ai eu un parcours assez atypique! Je suis très fier de ce que j’ai réalisé!
Les moments clés de ta carrière? Admiral T  : La sortie de mon premier titre « Rapide », au premier clip qui a marqué la première étape de ma carrière, qui m’a permis d’être connu au niveau du grand public aux Antilles. Puis il y a eu « Gwadada » qui m’a permis de percer en métropole, puis mon premier album qui a vraiment lancé ma carrière en tant qu’artiste solo. Il y a eu aussi le film « Neg Marron » qui m’a permis d’atteindre un autre public, qui n’écoutait pas spécialement ma musique…Quand j’ai signé chez Universal en 2004 ce qui m’a permis de me faire connaitre au niveau national…En y réfléchissant il y a eu beaucoup de moments clés! (rires)

NEG-MARON

Des regrets ? Admiral T : Je n’ai pas de regrets! J’ai beaucoup travaillé, je suis content de ce que j’ai pu faire puisque tout ce que j’ai fait, je l’ai toujours choisi. Rien ne m’a été imposé. J’ai travaillé avec les gens que je voulais, J’ai fait les combinaisons qui me plaisaient! Non, je n’ai pas de regrets.
Qu’est-ce que la musique a apporté dans ta vie? Admiral T : Et bien Tout! Je viens de quartiers difficiles donc ça m’a permis de voyager dans d’autres pays, connaitre d’autres cultures, côtoyer et de m’ouvrir à d’autres personnes, au niveau de l’esprit aussi. C’est la fierté de toute ma famille !
Quel regard portes-tu sur le Dancehall d’aujourd’hui ? Admiral T : Ça a beaucoup évolué en bien comme en mal. Avant on chantait en sound system, cadre spécifique dans lequel on délivrait de vrais messages sur des problèmes sociaux, politiques et tu étais jugé directement par le public. Avec la mondialisation, Internet on ne s’exprime plus de la même manière: Aujourd’hui tu peux chanter ce que tu veux tu trouveras un public! Il y a des jeunes qui pensent être sur la bonne voie parce qu’ils ont quelques vues sur YouTube! Mais ça ne fait pas tout! A la base cette musique là ce n’était pas ça! D’un autre côté c’est vrai que maintenant on l’entend plus qu’avant, elle a été popularisée…
 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This