Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

8 mars : Brenda, capitaine de son destin et de son LifeStyle

Rédigé par Christ-Laur Phillips

8.03.2016

C’est toujours une joie et un honneur de mettre en avant une jeune caribéenne qui symbolise le succès. Ces femmes et jeunes filles qui sont de véritables exemples pour les plus jeunes, celles qui se frottent à un milieu qui ne leur conviendrait pas de prime abord et qui brillent ensuite par la seule force de leur travail.

Un choix difficile mais assumé

C’est le cas de Brenda, 26 ans, première ultra-marine capitaine d’un bateau à passager à paris
Née d’un métissage entre une mère Guyanaise et un père Mauricien, Brenda a fait de sa passion son métier et elle partage avec nous son parcours hors norme. Attention, inspiration.

Interview au fil de l’eau

Blake’s : Quel a été ton parcours
Brenda : « Il y a deux options, on peut soit aller à l’école et suivre un cursus scolaire, ou alors on peut décider d’apprendre sur le tas avec un pilote formateur. Au final c’est une profession qui est ouverte à tout le monde, mais cela doit être une passion. »
Blake’s : Pourquoi avoir fait ce choix de carrière ?
Brenda : « Je pense que ça doit faire écho à mes origines (Brenda est métisse guyano-mauricienne). J’ai toujours voulu être au contact de l’eau. Et pouvoir évoluer dans le milieu de l’eau à Paris, c’est juste extraordinaire pour moi. »

Brenda dans la cabine du bateau qu'elle pilote

Brenda dans la cabine du bateau qu’elle pilote


Blake’s : Tu envisagerais de retourner au pays ?
Brenda : « Bien sûr, si j’en ai l’opportunité. Déjà grâce au climat, mais aussi pour être plus près de ma famille et de ma culture. »
Blake’s : Quelles sont les qualités à avoir pour être pilote. Jeune et féminine, tu casses un peu les idées reçues sur ce métier.
Brenda : « On doit savoir garder son calme car en cas de souci on a la responsabilité de tous les passagers. On doit aussi être réactif et pouvoir faire des manœuvres très rapidement. »
Brenda en tenue de travail
Blake’s : Quel conseil donnerais-tu à une jeune qui souhaite se lancer dans la même carrière ?
Brenda : « Il faut y aller et ne pas avoir peur des préjugés sexistes très présents dans ce milieu qui est très masculin ! »
Blake’s : Tu as subi ces préjugés ?
Brenda : « Oui je les ai subis, mais dans mon cas ils n’ont fait que nourrir ma persévérance et ma soif d’apprendre. J’ai décidé d’apprendre un maximum pour bloquer immédiatement les préjugés. »
 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This