Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Le retour de Kenedy en mode indé

Rédigé par

30.04.2018

Tu as créé ton propre label, XV XV Avenue. Pourquoi ce choix ? Ça fait un moment que j’avais envie de créer ma propre structure. Pourquoi ? Parce que simplement je pense que c’est intéressant de pouvoir se prendre en main, de faire ses propres choix, ces expériences propres, et comme je le dis régulièrement aussi ses propres échecs ! Quand on se trompe, on ne peut s’en prendre qu’à soi-même, se remettre en question et du coup c’est plus facile d’évoluer, parce qu’il y a une totale liberté sur ce que l’on a envie de faire, de proposer…
Pourquoi ce nom ? Le nombre 15 est très intéressant selon moi, c’est un nombre que je retrouve assez souvent dans ma vie quotidienne… Mystère ! (Rires) et Avenue parce que quand on regarde la plus belle avenue du monde, les Champs Elysées par exemple, on a de tout ! Donc l’idée de ce label est à la base de pouvoir dans l’absolu avoir des dérivés différents que ce soit dans la mode, dans la musique, pas mal de choses que j’ai envie de faire, mais je n’en suis pas encore là. Pour l’instant j’ai créé le label et j’essaye de faire mes petites armes musicalement déjà et pourquoi pas développer le projet.
Est-ce que tu envisage un jour ou l’autre de produire d’autres artistes grâce à cette structure ? Absolument ! C’est tout à fait l’idée ! J’ai envie à un moment donné de transmettre le flambeau et de pouvoir donner la possibilité à d’autres artistes d’émerger, à des artistes qui n’ont peut-être pas la possibilité d’avoir accès des locaux, des équipes techniques comme des ingénieurs du son, des compositeurs ect et qui ont envie de faire ce métier. Donc j’aimerais permettre à d’autres de passer sur le devant de la Seine et moi passer un petit peu plus derrière !
Tu as sorti un EP de 3 titres début mars. Pourquoi ce choix de format court ? Pourquoi pas directement un album ? Parce que j’ai fait mon premier concert live acoustique le 8 décembre dernier, et à l’issu de ce concert j’avais promis un projet, peut-être plus un album mais voilà ! L’album est toujours envisagé, mais j’avais envie de balancer comme ça un petit EP de 3 titres avec 3 couleurs différentes à mon public qui était demandeur.

Y-en-a-t ’il un en préparation ?  Il y a un album en préparation mais c’est vrai que je n’ai pas envie forcément de rester dans quelque chose de mathématique… J’ai envie de faire les choses à la vibe, au feeling, comme ça me vient, ce qui s’est d’ailleurs passé pour le mini EP. A 10 jours de la date de sortie, j’ai lancé le défi à mon équipe ! On était en train de préparer l’album et Je leur ai dit « j’ai envie de sortir un maxi single de 3 titres, 3 couleurs, le 3 mars ! » Ils ont accepté et c’est une belle réussite et je remercie encore tous ceux qui me suivent et l’accueillent avec beaucoup d’amour!
« Kimbé mwen », « Comme je suis », « Sé tan nou » sont 3 titres célébrant l’amour mais sous des angles différents non ? Peux-tu nous expliquer ?  En effet, 3 singles de 3 couleurs différentes mais qui restent du zouk et qui parlent d’amour.
« Kimbé Mwen » est un zouk on va dire pur et dur et dans lequel je dis que j’ai rencontré l’amour et que je renais grâce à cet amour et que j’ai envie de regarder toujours plus loin et que cette fois-ci j’ai vraiment confiance.
Dans « comme je suis » c’est un message qui va peut-être intéresser beaucoup de femmes où j’invite à penser que l’amour n’a pas de conditions physiques, que j’accepterai de donner tout de moi, tout de mon amour que si on m’accepte tel que je suis autant apprêtée que naturelle.
« Sé tan Nou » parle encore d’amour, et explique que l’amour était à mes côté depuis très longtemps et que je ne voyais pas et que le jour a été révélé à moi j’ai décidé de plonger dedans les yeux fermés, de croire en l’amour, de garder espoir avec l’amour…

Tu es une personne toujours souriante, avenante, pleine de gentillesse et douceur ! (C’est mon avis, peut-être que je me trompe ?) Où trouves-tu toute cette positivité ? Oh là là mon dieu ! Les apparences ! (Rires) C’est vrai que beaucoup de gens me perçoivent comme ça, mais je peux aussi avoir mes jours très mystérieux où on va penser au premier abord que je suis sauvage alors que pas du tout. C’est vrai que je suis quelqu’un qui est beaucoup dans l’observation. J’aime beaucoup me recentrer et je peux paraître parfois moins avenante que ce que tu dis…
La positivité je la recherche quotidiennement, ce n’est pas toujours facile, on est des êtres humains, on passe par beaucoup de phases dans notre vie et il faut savoir maitriser ça en fait ! Il faut garder un équilibre, ce qui n’est pas toujours évident pour ma part. Le tout est de ne pas se perdre ce que j’essaye d’apprendre.
Je suis quelqu’un qui reste très proche des autres, je suis très généreuse, très ouverte aux autres, j’aime ressentir les gens et donc de ce fait je reste assez naturelle finalement. C’est peut-être de ça dont tu parles ? En tout cas je garde les pieds sur terre et j’essaye tant bien que mal de donner du soleil, de la lumière et j’essaye déjà moi de m’en procurer beaucoup pour pouvoir en donner aux autres.

Quelles sont tes sources d’inspirations musicales ? Elles sont très très diverses, je n’ai pas de frontières en fait ! J’écoute du rap, de la pop, du new age, de la country, de la House, de la musique brésilienne, espagnole… Vraiment de tout en fait ! Parce que je pense que la musique c’est avant tout quelque chose qui fait vibrer nos sens, donc j’écoute tout ce qui parle à mon corps !
Qui sont tes modèles et pourquoi ? Très tôt j’ai été charmée par la voix de Tanya ST-Val, qui m’a peut-être inconsciemment influencé. Beaucoup de gens me disent retrouver chez moi cette intonation qui rappelle Tanya surtout quand je chante en créole. Elle a été comme une muse et je la suis toujours, je l’admire énormément. Sinon je n’ai pas de modèle propre, j’essaye d’être mon propre modèle, de garder ma signature et de proposer ça.
Le thème de prédilection du Zouk est principalement l’amour, mais à une époque (celle d’Edith Lefel, Patrick St Eloi etc.), il permettait aussi de dénoncer… Ce n’est pas un angle que toi tu souhaite aborder ?  Pour ceux qui me suivent depuis le début, sur l’album « entre toi et moi », je proposais pas mal de titres qui traitaient de d’autres sujet que l’amour. Dans mon premier album « mon oasis » il y a une chanson qui s’appelle « ce mardi » qui raconte l’histoire d’une femme enceinte qui devait se marier mais qui a perdu son bien-aimé dans un accident tragique…

Mais cette question devrait plutôt être posé au public, parce que je pense que les choses ont changé. J’ai eu la remarque que le zouk n’était pas fait pour ce genre de sujet. Pourtant moi je suis de cette école, celle d’Edith Lefel etc, j’ai grandi avec ses chansons. Pour moi il est normal même dans le zouk d’aborder tout type de sujets, maintenant quelle en est l’accueil, la réception en fait ! aujourd’hui c’est vrai qu’il y a des styles musicaux qui restent réservés à des sujets plus profonds et je trouve dommage que l’on ne puisse pas faire la même chose dans le zouk avec autant de succès qu’avant. Je pense qu’il faut évoluer avec son temps, on est dans une ère ou les choses se renouvellent très vite, ou le public demande des choses plus légères effectivement. Moi je ne me focalise pas sur ce qu’il demande, si j’ai envie de sortir une chanson qui traite d’un sujet ou défend une cause, je le ferai sans me poser de questions tout comme je l’ai fait avec « ce mardi » ou avec « tou lé jou » … Donc moi en effet je parle d’amour parce que j’ai ce petit côté fleur bleue, et que c’est le sujet qui me fait rêver et me transporte !
Tu as participé au concept « Femmes Fatales » qui a connu un très grand succès, une tournée a même été mise en place. Comment as-tu vécu cette expérience ? Que t’a-t-elle apporté musicalement ? J’ai beaucoup aimé l’expérience femme fatale, surtout ma collaboration avec Lylah. J’ai également été très honorée – je remercie d’ailleurs la production de m’avoir proposé de faire partie du concept. Ça a été une très belle aventure, on a eu des tournées magnifiques ! C’était intéressant et dans l’ensemble tout s’est bien passé, on garde de super bons souvenirs.
Musicalement ça m’a permis d’évoluer aux côtés de pleins de chanteuses de talents, qui sont là aussi depuis un moment. J’ai aimé le mélange et le partage et j’ai vraiment aimé aller à la rencontre de tout ce public qui nous a accueilli avec beaucoup d’amour ! Ça revient encore, tu vois (rires !)

Comment s’est faite ta collaboration avec Keros-N ? C’est un artiste qui vient du Rap et du dancehall, genres musicaux considérés macho… Nous nous étions rencontrés en Guyane à l’occasion d’un showcase avec DJ Jairo et on a bien accroché. Au-delà du fait que j’aimais déjà l’artiste avec son titre « Madame » qui m’avait bouleversé et que j’écoutais en boucle, j’ai rencontré une personne vraiment extraordinaire, avec des valeurs qu’il défend en public comme en privé, qui a beaucoup de choses à dire, est très intelligent ! On est donc resté en contact et c’est naturellement qu’on a pensé à lui pour le titre. Kero a accepté pour le plus grand bonheur de nous tous et pour le mien avant tout !
Pourquoi ce choix ? Pourquoi pas oserais-je dire ? Cette question me ramène à quelque chose que j’entends souvent : J’ai l’impression qu’un artiste zouk n’a pas le droit de faire autre chose ! Encore une fois je me mets aucune barrière ! Donc j’ai juste envie de ne te répondre « pourquoi pas ? ». Je suis une artiste de zouk mais vous risquez d’avoir des surprises ! J’ai envie d’essayer d’autres styles ! Voilà. On fait de la musique, c’est du feeling, pas des mathématiques !
C’est quoi la suite du programme ? On continue de travailler ! J’espère que vous avez remarqué que depuis 2017, je suis plus présente, grâce à mon label et à mon équipe ! Je vais proposer encore de la matière, de la musique, de l’amour, du feeling, du kiff, de la musique, de la musique de la musique (rires) n’attendez pas de moi des mathématiques, je suis nulle d’ailleurs ! (Rires !)
Merci Kenedy et bon courage!
Facebook
Youtube
3 bye Kenedy

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This