Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Pretty Yende, la nouvelle Barbara Hendrix ?

Rédigé par

28.02.2017

L’inspiration

Née le 6 mars 1985 Pretty Yende grandit dans le township de Thandukukhanya, à Piet Retief, une petite ville industrielle d’Afrique du Sud à 300 km de Johannesburg.
Évoluant dans une famille où l’on chantait beaucoup, elle a commencé à l’église avec sa grand-mère dès 5 ans.
Pretty découvre l’art lyrique grâce à un spot télévisé publicitaire pour British Airways. Elle dit avoir trouvé le fameux « Duo des fleurs » de Lakmé magique, surnaturel.
yende-pretty-582-390-pretty-yende-james-vaughan-verbier-festival_d_jpg_720x405_crop_upscale_q95

L’apprentissage

A 16 ans, Pretty remporte une compétition de chant locale qui lui permet d’obtenir une audition et une bourse d’étude pour le South African College of Music de Cape Town. Elle y étudie auprès de Virginia Davids, première chanteuse lyrique noire sud-africaine durant l’apartheid qui révèle une voix faite pour le bel canto.

Une ascension rapide

En 2009, Pretty est récompensée dans des concours internationaux dans les catégories « opéra » et « opérette ». L’année suivante, elle décroche le premier prix du concours international de bel canto Vincenzo Bellini, ce qui lui ouvre les portes de l’Academia Teatro alla Scala de Milan durant 3 ans. Elle fait ses débuts sur scène dans le rôle de Micaëla dans Carmen de Bizet en 2010) et interprète aussi des opéras de Rossini, Puccini, Gaetano Donizetti.
19comte-superjumbo

Récompensée de tous côtés

En 2011 à seulement 26 ans, elle rafle tous les prix du concours pour jeunes chanteurs Operalia créé par Placido Domingo et reçoit aussi le prix Siola d’oro. Elle chante pour la première fois au Metropolitan Opera de New York en 2013, remplaçant au pied levé Nino Machaidze dans le rôle de Adèle dans l’opéra Le comte Ory de Rossini.
C’est un triomphe et le New York Times évoque une « voix lumineuse » et une « précision scintillante » dans les aigus. La même année le président sud-africain Jacob Zuma lui remet la médaille d’argent de l’Ordre de l’Ikhamanga, distinction pour sa réussite international. Elle figure aussi sur la liste des « 100 World Class South Africans » de l’hebdomadaire City Press. En 2014, elle est nommée dans la catégorie « jeunes chanteurs » des International Opera Awards, elle donne son premier récital new-yorkais au Carnegie Hall et se produit aussi à Washington au Kennedy Center.
5016974_7_43d5_2016-10-20-f86582c-10306-77xxb2-tosdh7iudi_81fecd8b2788cc736752b38a976e6220

Concerts à travers le monde

Au cours de 2015, elle chante au Metropolitan Opera de New York, à l’Opéra d’Oslo, au Deutsche Oper de Berlin, au Gran Teatre del Liceu de Barcelone, à Los Angeles. En 2016 elle fait ses débuts à l’Opéra National de Paris et chante pour la première fois à Capetown. En octobre et novembre elle est portée en triomphe à l’Opéra Bastille, déclenchant des standing ovations à chaque représentation.Celle qui assure n’avoir rencontré aucune discrimination de la part des grandes scènes lyriques fait partie aujourd’hui des rares étoiles montantes sur lesquelles mise le directeur de l’Opéra de Paris.
pretty-yende-comte-ory-met-2013
Elle a sorti un premier album, « a journey », chez Sony Classical.

yende-pretty-cd-a-journey-582-582
http://prettyyende.com/
https://www.facebook.com/PrettyYendeOfficial/?ref=ts&fref=ts
https://www.youtube.com/results?search_query=pretty+yende

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This