Logo blanc du site d'actualités sur la culture caribéenne BLAKE'S

Kaysha : Le retour de l'African Prince

Rédigé par

25.04.2017

Blake’s : Tu reviens avec un album qui s’appelle « african prince » ? Pourquoi pas « King », Le titre est déjà pris ? (Rires)
Kaysha : Ah ah ah ! Le king est la cible des attentats fomentés par les ducs avides de lumière! Le roi est mon père. Je ne suis qu’un jeune prince de retour au royaume après un long voyage au centre de moi-même. Etre prince, c’est aussi savoir être patient. Le couronnement viendra en son temps. Mes pieds ne sont pas encore assez grands pour remplir les chaussures du king.

Blake’s : Après 3 ans tu marque ton retour avec un album de 40 titres, ce qui est beaucoup d’un coup … Pourquoi tant de titres ? Est-ce un Adieu ?
Kaysha : J’ai toujours été un artiste très prolifique. Pour ce projet, j’ai essayé de tester de nouvelles façons de sortir de la musique. Nous sommes dans l’ère digitale et pourtant, beaucoup tentent de continuer à répliquer une façon de travailler du 20eme siècle. Pourtant le CD laser n’existe plus, alors pourquoi continuons nous de faire des 12 titres comme si nous étions limités dans la quantité?
Blake’s : Comment est né cet album ? Quelles sont été tes sources d’inspirations ?
Kaysha : Quand j’ai quitté la France, j’ai eu besoin de tester différentes manières de sortir la musique. Singles, compilations et présence sur les réseaux sociaux. Avec mes tests, je me suis rendu compte que malgré plus de 20 singles, beaucoup de gens me demandaient pourquoi j’avais arrêté la musique et de revenir…

J’ai donc pris le temps de vivre, voyager et faire d’autre styles de musiques .

Et une fois que j’étais rechargé d’histoires à raconter, j’ai commencé à travailler sur nommé « Romantic Revolutions ». Mais les 20 premiers titres terminé en 2016, je me suis rendu compte que mon histoire sentimentale avait changé, et j’ai aussi voulu la raconter dans « African Prince » et j’ai donc patiemment attendu que le marché tourne en rond pour balancer mes 40 missiles… (rires!)

Blake’s : Quels sont tes featurings préférés ? Pourquoi ?
Kaysha : Mes feats préférés sont ceux avec C4 Pedro car c’est un génie et le voir travailler est un émerveillement! Il y a aussi le titre avec Nelson Freitas que j’ai hâte de remixer puis celui avec Fally dont on parle depuis 6 ans et qui est une tuerie! Et Le titre avec Lynnsha qui est la quintessence d’une relation qui dure depuis 20 ans!
Blake’s : Tu es connu internationalement depuis plus de 20 ans (d’où le nom de l’un de tes premiers albums « Worldwide Chico ») pourtant on ne t’a jamais vu sur une chaîne ou entendu sur une radio nationale…  Quel est ton avis et point de vue ?
Kaysha : Le jour ou un animateur de radio nationale m’a expliqué qu’il adorait mon album mais qu’il fallait que je change deux trois trucs pour pouvoir sonner comme les autres, j’ai décidé qu’ils pouvaient tous aller se faire f**** et que j’allais construire ma propre plateforme ou mon art serait libre de s’exprimer sans restriction.

Mon but depuis le début est d’éliminer tous les intermédiaires entre moi et mon public. Là réside la vraie indépendance…

Les chaines nationales n’ont de la place que pour un tube « tropical » comme ils disent pour chaque été. Ca fait longtemps que j’ai « pris le maquis » et que pour mon art, je ne cherche meme pas à contacter ces médias. Quant au titre « Worldwide chico », il va dans ce sens. Plutôt que de chercher à exister chez vous, je vais exploser partout ailleurs jusqu’à ce que vous veniez me chercher de vous-même!

Blake’s : Tu n’es pas que chanteur, tu es aussi un chef d’entreprise qui a développé une marque de vêtements et d’accessoires, un label électro-club (corrige-moi si je me trompe !). Pourquoi cette diversification ?
Kaysha : La vraie question est pourquoi pas? C’est un esprit très français de vouloir garder les gens dans des cases. Tu fais un zouk et ca y est, tu est catalogué zoukeur. Tu chante et tu ne peux pas être agriculteur demain genre… Moi je n’ai pas de limite et j’évolue selon mes idées et les buts que je me fixe. Je développe différentes marques comme Kaysha, Sushiraw, Shadawear et d’autres, selon les idées et les différentes évolutions du marché.

Merci Kaysha et à bientôt!

Facebook

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This