5 choses que les femmes noires doivent entendre

Avec la pandémie, beaucoup d’entre nous ont décidé de faire le point. Et pour certaines, le constat a été catastrophique. Que ce soit dans la vie amoureuse, familiale ou professionnelle, nombreuses sont les femmes noires qui ne sont pas heureuses.
La faute à qui, à quoi ? Et si on parlait vrai un instant ? Voici 5 choses que vous devez entendre pour enfin lâcher prise et être en accord avec vous-même.

Femmes noires, vous avez le droit de dire NON

Eh oui, on le sait, dans la plupart des familles, les femmes noires sont vues comme un pilier, un roc. Ce sont elles qui gèrent la famille, les enfants, les corvées, les problèmes. Bref, tous les maux de la terre semblent reposer sur leurs épaules et certains en profitent carrément.
Dépanner à gauche, préparer un repas à droite, prêter de l’argent. Les femmes noires mettent un point d’honneur à toujours répondre présent et soutenir tout un chacun. Et pourtant, vous n’êtes pas obligées d’être toujours disponibles ou volontaires pour les autres.
Mieux, vous avez le droit de refuser d’aider, d’écouter, de soutenir. Vous avez le droit de dire non qu’on on abuse de votre temps, de votre énergie, de votre gentillesse. Ce n’est pas être égoïste, ce n’est pas être méchante. Il est temps de penser à vous, car personne ne le fera à votre place.

Femmes noires, vous êtes des femmes

Eh oui, ça peut paraître bête, mais la femme noire est une FEMME. Maman, épouse, soeur, tante, cousine, peut-être, mais femme aussi et surtout. Et ça, elle a tendance à l’oublier. A force d’endosser toutes les casquettes et de se démener (parfois rien que pour les autres), la femme noire s’oublie et sa féminité passe à la trappe.
C’était quand la dernière fois que vous avez pensé à vous ou fait quelque chose pour votre bien-être ou votre plaisir propre ? Si vous êtes du genre pimpée 7/7 on vous dit bravo. Et pour les autres, il n’est pas trop tard pour faire de vous une priorité.

Femmes noires, vous avez le droit  l’erreur

La peur de décevoir ou de trahir est très ancrée chez la femme noire. A croire qu’elle n’est pas un être humain comme les autres avec ses failles et ses échecs. Dès l’enfance on se met en tête de rendre fiers les parents, la famille, le voisin, par peur de l’opprobre et du qu’en-dira-t-on. Rien de plus mortel en effet dans la culture caribéenne que les ragots et les tripotages sur les filles d’untel ou untel.
A croire que les garçons, eux, ont tous les droits. Faire les 400 coups, rater leurs études ou ne pas faire carrière.  Et même quand ils font un  mauvais mariage,  cela ne semble déranger personne…

Femmes noires, vous avez le droit (et devez) avoir des standards

Jouer la fille simple, qui n’en demande pas trop, qui se contente de vivre d’amour et d’eau fraîche, ça suffit ! Vous avez le droit d’aimer les belles choses, les bons restaurants et les beaux endroits. Le revendiquer et mener ce train de vie ne fait pas de vous une « michto ».
Eh oui, c’est le mot favori de ceux qui n’ont tout simplement pas les mêmes ambitions que vous. Plutôt que de descendre vos standards, dites vous plutôt que vous ne fréquentez pas les bonnes personnes.

Femmes noires, vous avez droit au bonheur

Femme forte, femme de valeurs, femme courageuse, femme vaillante. Il est temps d’arrêter d’abuser de tous ces adjectifs qui font croire que la femme noire ne s’épanouit que dans la galère.
Endurer une amitié toxique, un travail qui ne vous épanouit pas, la tromperie. Pourquoi ? Le bonheur ne se mérite pas, c’est un choix. Laissez tomber les discours qui vous font croire le contraire ou qu’il faut supporter. Vous n’êtes pas née pour souffrir, un point c’est tout !
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *